• Alors qu’on chantait « She » sur scène.

    Alors qu’on chantait « She » sur scène.

    Alors qu’on chantait « She » sur scène.

    Yahallo ! :)

    Aujourd'hui, je voulais partager avec vous un vieil écrit (pas si vieux que ça, mais quand même). En fait, je l'avais écrit plutôt dans l'année pour un concours et je comptais le publier après avoir reçu les résultats. Mais ces résultats ne sont jamais sortit. Et en fait, j'ai un peu oublié l’existence de ce texte. Jusqu'à ce que je retombe dessus. J'étais sur de l'avoir posté ici, en plus ! Mais bon, vaut mieux tard que jamais ;)

    Merci d'écouter cette musique pendant la lecture : She - Leeteuk (Cover) .

     

    She may be the face I can't forget
    The trace of pleasure or regret
    May be my treasure or the price I have to pay

    -      Quoi ? 

         Marine avait parlé juste au moment où le groupe commençait à chanter son premier morceau et je n’avais rien entendu. La foule autour de nous était peut-être aussi bruyante, voire plus, que les baffles. Elle nous bousculait dans tous les sens et on ne pouvait pas rester une seconde en place. De plus, l’odeur de la transpiration était tellement forte que je devais me boucher le nez à intervalle régulier pour ne pas être trop oppressée.

         Marine répéta ce qu’elle avait dit. Cependant, je ne vis que ses lèvres bouger. Je n’avais jamais été très forte pour lire sur les lèvres et je ne comprenais rien. Je répétais à mon tour. On aurait alors pu entamer un dialogue de sourd si la foule ne nous avait pas soudainement séparées.

     

    She may be the song the summer sings
    May be the chill the autumn brings
    May be a hundred different things
    Within the measure of a day


    - Marine ! criai-je sans succès.

         Je crois que même si elle m’entendait, elle ferait comme si de rien était car elle voulait à présent se concentrer sur la chanson qu’on jouait sur scène. Même si pour ça, elle devait m’abandonner au milieu d’inconnu. Je devais donc me débrouiller toute seule pour la rejoindre.

         En fait, pour tout dire, j’avais plutôt l’impression que même avec tous les efforts que je faisais, la foule m’éloignait de plus en plus de Marine sans que je puisse m’en rapprocher, même de quelques millimètres. On pouvait presque dire qu’on me tirait carrément en arrière.

         Quand quelqu’un me percuta l’épaule.

     

    She may be the beauty or the beast
    May be the famine or the feast
    May turn each day into a heaven or a hell

     

         Par réflexes, je tournais la tête vers cette personne qui fit de même.

         Le temps suspendit alors son cours.

         Je me trouvais devant les plus beaux yeux de l’univers. Habituellement, c’était les yeux bleus qu’on qualifiait ainsi. Souvent, tous l’iris n’était pas du même bleu et avait des tâches de nuances plus foncées. Parfois, ce bleu se transformait en gris si le temps était mauvais, ou presque vert quand il faisait beau.

         Mais lui n’avait pas les yeux bleus. Il était noir, complètement noir. Ce qui rendait son regard si perçant. On avait l’impression de plonger dans l’abysse sans pouvoir en ressortir.

         Le temps s’était arrêté, mais pas assez longtemps pour que je puisse détailler autre chose que ses yeux avant que la foule nous tire l’un et l’autre vers deux sens opposés.

         Il disparut alors à ma vue tandis que la chanson continuait dans le rythme sans s’ébranler.

     

    She may be the mirror of my dreams
    The smile reflected in a stream
    She may not be what she may seem inside her shell

        C’était comme si personne n’avait remarqué ce qui venait de se passer. Pourtant, le temps ne devait pas s’arrêter si souvent que ça.

         Je me  retrouvais à présent au milieu d’inconnus. Pas que cela change beaucoup de ma situation précédant. C’est juste que cette fois, elle avait empiré. Car même en me mettant sur la pointe des pieds, je ne pouvais pas apercevoir Marine.

         J’essayais quand même de me diriger vers le dernier point où je l’avais vue. Peut-être que, par chance, la foule ne l’aurait pas encore emportée.

     

    She who always seems so happy in a crowd
    Whose eyes can be so private and so proud
    No one's allowed to see them when they cry

     

         J’avançais. Contrairement à tout à l’heure, où tout le monde semblait me tirait en arrière. J’avançais, lentement, mais j’avançais. Parfois, je me remettais sur la pointe des pieds pour être sûre d’aller du bon côté. Puis, mes talons revenaient sur la terre ferme, et je jouais des coudes.

         Étrangement, ou heureusement, au choix, Marine, elle, n’avait effectivement pas bougé d’un pouce. Elle était juste devant la scène, à regarder le chanteur pendant qu’il faisait son spectacle, complètement conquis. Peut-être qu’elle était à un point stratégique. Peut-être que si je n’étais pas dans cette galère, la voix du chanteur me ferait vibrer encore plus et je serais parcourue de frissons tellement la chanson était émouvante.

         Quand soudain, on me prit le poignet.

     

    She may be the love that cannot hope to last
    May come to me from shadows of the past
    But I'll remember till the day I die

     

         Ce qui me fit faire une pirouette et je me retrouvais le nez collé contre un torse. De plus, j’étais à présent du mauvais côté pour rejoindre Marine. Je relevai alors les yeux sur cet inconnu qui m’avait attrapée le poignet. J’aurais dû être énervée qu’on me tire ainsi, j’aurais dû me dégager de son emprise et le nommer de tous les noms les plus grossiers et imaginables que j’aurais pu trouver.

         Mais j’étais tellement surprise par ce geste que je voulais juste savoir pourquoi il avait fait ça pour pouvoir retourner aussitôt auprès de Marine.

         Cette question disparut dès que je croisai ses yeux. Inutile de dire que Marine fut tout de suite oubliée.

         C’était mon regard abyssal.

     

    She may be the reason I survive
    The why and wherefore I'm alive
    The one I'll care for through the rough in many years

     

         Le temps s’arrêta encore. Cette fois-ci, c’était d’autant plus marquant car mes oreilles ne percevaient plus aucun son et la foule semblait s’être rendue compte de ce phénomène extraordinaire car elle avait enfin décidé de cesser de bouger.

        Tout semblait me laisser admirer ce regard en paix. Car encore une fois, il n’y avait que ce détail qui m’intéressait.

         Mes yeux aussi devaient avoir quelque chose de spécial parce que j’avais l’impression qu’il me regardait avec la même intensité que je pensais le faire.

         Le temps reprit soudain son cours normal quand il détourna les yeux. Tout redevint bruyant et la foule se remit en mouvement autour de nous.

         Le propriétaire de ces yeux foncés me tenait fermement la main pour ne pas que nous soyons encore une fois séparés. C’est ce que j’aurais dû faire avec Marine. Maintenant, elle me paraissait perdue à jamais.

         Il m’entraîna alors dans la foule. Je pense qu’il essayait d’en sortir, mais c’était peine perdue. Il se tourna alors vers moi pour voir si je suivais toujours. Et après être resté une seconde de trop en arrêt sur ses yeux, je remarquai qu’il me souriait.

         Cette fois, c’est l’air autour de nous qui semblait disparaître pendant que le temps prenait une nouvelle pause dans son cours.

         Et en opposition à tout cela, c’est mon cœur qui reprit vie en battant à tout rompre.

         Est-ce que le temps pouvait s’arrêter autant de fois ? Non, mauvaise question. Qui a dit que le temps pouvait seulement s’arrêter ?

     

    Me, I'll take her laughter and her tears
    And make them all my souvenirs
    For where she goes I've got to be
    The meaning of my life is she
    She…

     

     

    Je viens de me rendre compte que cette histoire ressemble vraiment à la chanson La Foule d'Edith Piaf. C'est drôle.

    J'aime beaucoup ce Bout d'histoire, en fait. D'habitude, je n'aime pas lire mes anciens textes, de peur que ça ne me plaise plus. Mais je n'ai pas eu cette peur avec ce texte. Et même si je sais qu'il n'est pas parfait, je trouve que certains passages sont parfait justement, et que ça rattrape vraiment tout le reste. J'espère vraiment qu'il vous a plu autant qu'à moi.

    J'ai eu l'idée lors d'un concert. Un concert bien différent que celui du Bout d'histoire^^ C'était en plein jour, il n'y avais pas beaucoup de monde et je ne me souviens même pas de la musique. Et c'est comme ça que ça m'est venu. Par contre, je pense que l'idée de 'She' est arrivée bien après.

     

    A bientôt !

    G.

    « Sans ForceLa dernière aventure »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 15 Septembre 2016 à 22:57

    Merci pour ton passage, bonne fin de semaine.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :