• Le Tunnel Obscur (Bonne année)

    Après quelques aventures, Jessa et Raph se retrouvent dans un tunnel obscure...

    Le Tunnel Obscur

    Yahallo Everybody !

    Aujourd'hui, c'est la première fois que je fais un article qui sortira plus tard qu'au moment où je l'écris. Donc, pour moi, on est le 20/12/15. Je viens de publier In The Middle Of The Forest. Je prévois cet article, parce que je ne suis pas sûre d'être là et d'avoir le temps au bout moment. Parce que oui, c'est bientôt Noël, bientôt le Nouvel an et donc bientôt l'anniversaire de ce blog. Et oui, qui d'autre à part moi aurait pu avoir l'idée d'ouvrir son blog un 31 Décembre. A se demander ce que j'avais à faire, hein ! Mais je suis sûre qu'il y en a d'autres dans mon cas ! (Il faut qu'il y en ait d'autres)

    Bon alors, quelques statistiques pour ce nouvel anniversaire ? Ah oui, faudrait peut être commencer par dire que, pour ceux qui se le demandent encore, mon blog à 3 ans ! Yeah ! C'est encore un tout petit bébé, mais il a déjà beaucoup voyagé avec tous mes Bouts d'histoire ! ;) 

    J'ai écris 72 Bouts d'histoire, 73 si on compte celui que vous allez lire maintenant ;) Je me tiens avec environs 25 Bouts d'histoire par ans. C'est à dire 2 Bouts d'histoire par mois. C'est comme l'année dernière, donc je me maintiens. C'est bien je trouve :D 

    Mm, que dire d'autre ? Je ne suis pas du genre à porter beaucoup d'importance au nombre de visiteurs, je ne sais pas pourquoi, mais ça ne m'a jamais faite sauter de joie de voir que beaucoup de monde était passé, je préfère les commentaires, qui sont plus rares, évidemment... Cependant, pour ceux qui veulent savoir (Et pour laisser une trace pour plus tard ;)), aujourd'hui, le 20/12/15, il y a eu en tout 16774 visiteurs qui ont lu 37476 Bouts d'histoire ! Yata ! :D

    Je me suis rendue compte que grâce à l'ouverture de ma page Facebook Gaellah, il y a eu beaucoup plus de visiteurs. D'ailleurs, pour ce qui veulent savoir, j'ai eu 40 j'aime en un an... C'est beaucoup vous pensez ? Parce qu'il faut quand même prendre en compte que cette page est totalement inconnue...

    L'année dernière, je vous avez fait lire un Bout d'histoire bien plus long que d'habitude. Notre Première Rencontre... Assomante, pour ce qui ne s'en souvienne pas. J'aime tellement ce Bout d'histoire que j'aimerais lui trouver une suite. Ouais, aller à l'encontre de la règle d'or de ce blog. Mais bon, pour l'instant, je n'ai pas encore rien trouver comme super suite, donc je n'ai encore rien écrit. Toutefois, j'espère trouver quelque chose cette année ! 

    De base, j'étais supposée publier un autre Bout d'histoire que celui que vous allez lire à présent, mais je n'ai pas eu le temps de le finir...

    En fait, je préfère vous faire lire mon Bout d'histoire et en parler plus tard. Comme d'habitude, quoi. Donc bonne lecture ! :D

     

     - On voit rien du tout, déclara Jessa en découvrant à tâtons le mur sur sa gauche.

          La voix de la jeune fille résonna dans l’obscurité.

     - Désolé, mais je ne maîtrise pas encore assez bien mon sort de lumière pour l’utiliser, s’excusa Raph.

          Jessa leva les yeux au ciel et avança d’un pas. Le sol n’était pas lisse. Elle pouvait sentir des petits cailloux s’insérer sous sa chaussure.

     - T’aurais pas pu l’améliorer avant de m’emmener dans un endroit pareil ?

          Elle fit un autre pas, mais cette fois, son pied se posa sur une surface lisse.

     - C’est pas comme si j’avais vraiment eu le choix. Je te rappelle qu’il y avait des trolls à nos trousses.

          Jessa fit la grimace en avançant encore en sentant les cailloux sous son pied. Ce n’était pas comme si elle pouvait l’oublier. Raph avait eu la brillante idée de vouloir lui montrer le repère des trolls. Il lui avait assuré qu’ils ne seraient pas là en pleine journée. Mais manque de chance, toute la famille était présente et dès que les gigantesques créatures les avaient aperçus, elles s’étaient jetées sur les adolescents pour pouvoir en faire leur festin. Raph avait alors utilisé un sort de lévitation et avait pris Jessa dans ses bras pour l’emporter dans les airs. Ce vol était le premier pour la jeune fille et elle n’avait pas pu s’empêcher de crier tout le long. D’ailleurs, elle avait toujours un peu mal à la gorge.

           Raph avait alors trouvé leur refuge sous la forme de souterrain, il lui avait expliqué que l’entrée étant trop petite, les trolls ne pouvaient pas rentrer. Puis il s’était enfoncé dans le noir avant de la lâcher. Jessa était tombé sur les fesses, justement sur ses cailloux, ce qui lui avait fait mal. Elle n’avait rien dit à Raph, mais elle lui en voulait un peu. Ils avaient alors décidé d’avancer car ils ne pouvaient pas rester dans l’obscurité sans rien faire en attendant je ne sais quoi, ou je ne sais qui pour venir les secourir. Car, bien évidemment, personne n’était au courant de leur sortie.

     - Bon, et tu connais d’autre sors que la lévitation ? demanda Jessa pour changer de sujet.

         A présent, elle marchait de façon bien plus assurée. Sous ses pieds, le sol changeait à chaque pas ; un pas, c’était les cailloux, le pas suivant, cette surface lisse, un autre pas, les cailloux, puis surface lisse… etc. Cependant, il faisait toujours aussi noir et on ne distinguait vraiment rien.

     - Oui, le sort de l’eau. Tu ne peux pas le voir, mais en fait, je viens de faire apparaître une boule d’eau en lévitation au-dessus de ma main.

     - Mais oui, évidemment, répliqua Jessa sur un ton sarcastique.

          Peut-être qu’elle ne le croyait pas parce qu’elle ne pouvait pas le voir, ou c’était simplement pour l’embêter. Mais Raph ne répondit rien. Ce qui était plutôt inquiétant étant donné que d’habitude, il avait toujours quelque chose à dire. Soit une bonne répartie, soit une bonne justification.

     - Raph ? fit Jessa, inquiète.

           Il ne l’avait quand même pas laissé seule, dans ce souterrain complètement inconnu et sans lumière ?

          Quand elle entendit au-dessus d’elle un bruit, tel une sorte de déchirement, et une trombe d’eau lui tomba sur la tête, comme si on venait de lui renversait un seau d’eau glacée. Jessa  ne put faire autrement que de laisser échapper un cri aigu. C’était à cause de la surprise et de l’eau froide, mais pas encore la colère. Elle entendit alors Raph éclater de rire. Même si elle ne pouvait pas le voir, elle se l’imaginait très bien en train de se taper la cuisse et de se tenant le ventre.

     - C’est pas drôle, dit-elle sur un ton plein de reproche. En plus comment tu as fait pour me trouver ? On est dans le noir complet ! T’as un sort de vision nocturne ou quoi ?

     - Ce serait pas mal, répondit Raph assez sérieusement, mais non. Je t’ai repérée au son de ta voix.

    Jessa fronça les sourcils. Même si elle entendait très bien Raph, elle n’était pas sûre de pouvoir trouver sa position exacte.

     - Comment je fais maintenant ? Je suis trempée !

     - Oh, j’ai eu idée !

     - J’aurais peut-être pas dû demander alors, se reprocha-t-elle.

         Elle le savait à présent, toutes les idées de Raph tournaient à la catastrophe.

     - Tu vas encore pouvoir tester mes super pouvoirs.

     - Je ne sais pas si je devrais me sentir plus rassurée ou plus inquiète, avoua la jeune fille.

     - Fais-moi confiance, répliqua Raph, ça ne vas pas faire mal.

     - Encore heureux !

          Pendant un instant, plus personne ne dit un mot. Le bruit d’un vent qui soufflait à quelques mètres d’eux se fit entendre. Quand soudain, Jessa fut plaquée au mur, comme si le vent s’était d’un coup retrouvé sur elle. Il était tellement fort qu’elle ne pouvait plus bouger et tellement chaud qu’elle n’arrivait même plus à respirer. Ses pieds se cognèrent contre quelque chose de dur et plus frais que ce vent.

          Puis il disparut, tout aussi vite qu’il était venu. Jessa se laissa tomber au sol et pris plusieurs bouffées d’air.

     - Alors ? lui demanda Raph.

          A la façon dont il parlait, Jessa pouvait imaginer le sourire sur son visage. Elle se racla la gorge avant de répondre d’une petite voix :

     - C’est toi qui as fait ça ?

     - Oui, évidemment.

     - Tu veux me tuer ou quoi ?

     - Mon sort de vent était trop fort ?

     - Oui, bien trop fort.

     - Désolé, je pensais pourtant bien le maîtriser.

     - Va falloir revoir ça quand on sera de retour à la maison.

     - Mais tu es sèche maintenant, non ?

          Jessa leva les yeux au ciel, mais ce tâta quand même les vêtements et les cheveux. Effectivement, elle était toute sèche.

     - Oui, répondit-elle.

     - Ça va ? s’enquit-t-il après un temps.

     - Je vais m’en remettre.

          La jeune fille n’avait même plus la force de s’énerver contre le garçon. Jessa décida d’examiner l’objet à cause duquel elle avait trébuché. C’était en fait une barre de fer dont la froideur était bienvenue après ce vent bouillant. Elle essaya d’en trouver les extrémités, mais la barre semblait de prolonger jusqu’à l’infinie.

     - On y va ?

          Jassa hocha la tête, elle se souvint alors que Raph ne pouvait pas la voir, mais elle décida de ne pas répondre. C’était comme pour lui montrer qu’elle lui en voulait.

          Elle se releva en s’aidant du mur contre lequel elle s’était adossée. Ses pieds retrouvèrent alors ce sol caillouteux, puis lisse. Quand la lumière se fit dans l’esprit de la jeune fille. Cailloux, planche lisse, puis barre de fer, ça ne pouvait être qu’une chose.

     - Raph, on est sur un chemin de fer ? questionna-t-elle pour sûre.

     - Tu es sur les rails ? s’exclama-t-il comme s’il ne s’y attendait pas.

     - Oui, pas toi ?

     - Non, non, non. Il faut que tu sortes de là au plus vite, expliqua Raph d’un ton pressant.

     - Comment ça ?

     - Tu n’entends pas ce bruit ?

           Les deux adolescents se turent un instant et Jessa tendit l’oreille. Au début, elle ne perçu rien d’autre que les battements de son cœur. Mais en se concentrant, elle pouvait entendre au loin comme le son de dizaine de chevaux lancés au galop.

     - C’est toi qui fais ça ? demanda Jessa à Raph.

         Il avait fait tant de chose depuis qu’ils étaient dans ce tunnel… Qu’il essaie de l’effrayer ne l’étonnait pas tellement.

     - Non, pas du tout. Il faut se dépêcher.

          Jessa avait les yeux rivés sur l’endroit d’où le son semblait provenir. Elle ne voyait toujours rien dans ce noir, elle ne pouvait qu’entendre. Et bizarrement, elle avait la nette impression que le son se rapprochait de plus en plus et que ces chevaux – si c’était bien cela – seraient sur eux d’une minute à l’autre. Son ventre se noua.

     - OK, Jessa, écoute-moi bien. Va sur ta droite, tu vas rencontrer une paroi.

         La jeune fille ne se fit pas prier et traversa les rails jusqu’à trouver un nouveau mur à droite.

     - Je suis juste au-dessus, lui expliqua Raph. Donc tu vas tendre tes mains le plus haut possible, met toi sur la pointe des pieds s’il le faut. Je te promets de t’attraper.

          Le son était bien distinct maintenant. Jessa s’exécuta, elle n’avait pas besoin de sa promesse pour savoir qu’il la sauverait. Elle se colla tout contre le mur et leva les mains au ciel.

     - Raph, fit-elle après quelques secondes sans que rien ne se passe.

         Le son résonnait dans tout le tunnel. Jessa n’était plus sûre que ce soit le bruit que faisaient des sabots en touchant le sol. Elle avait chaud et avait l’impression que la transpiration sortait de tous ses pores.

     - Je te cherche, désolé dans ce noir on ne voit rien. Continue à parler, ça m’aide.

     - Dépêche-toi, Raph.

         C’est alors qu’une brillante lumière apparue dans le tunnel. Elle provenait de la gauche de Jessa : il y avait bien quelque chose sur les rails. Quelque chose d’énorme qui courrait vers eux et prenait toute la place entre les deux murs. Il n’y avait que quelques mètres qui les séparaient. Si la jeune fille ne sortait pas de là, il ne pourrait pas freiner et il l’emporterait avec elle. Jessa mourrait à coup sûr, elle ne supporterait pas la vitesse, ou alors, elle se ferait écraser à un moment donné.

     - Raph ! cria-t-elle de frayeur en fermant les yeux, éblouie par la lumière.

          Quand une poigne ferme attrapa sa main et la tira d’un coup vers le haut. Raph tomba à la renverse, emportant la jeune fille avec lui. Le bruit des sabots tapant le sol devint presque insupportable alors que la bête, ou la chose, passa juste derrière les deux adolescents, à l’endroit où se tenait Jessa quelques secondes plus tôt. Presque aussitôt, le son disparu et ils se retrouvèrent encore une fois dans le noir.

     - Jessa ? murmura Raph.

         La jeune fille était allongée sur le jeune homme et elle avait agrippé sa chemise de toutes ses forces. Il se redressa, obligeant la jeune fille à faire de même. Jessa ouvrit alors les yeux et quand elle comprit dans qu’elle position elle se trouvait, elle lâcha sa prise et se remit debout. Elle se racla la gorge :

     - Désolée.

     - Y a pas de mal.

     - C’était quoi ce… cette chose ? Et c’était quoi cette lumière ?

     - Une chenille géante. Elles non plus n’ont pas de vision nocturne. Il faut bien qu’elles voient quelque chose, quand elles courent à cette vitesse…

          Jessa ne s’étonna pas et ne demanda pas pourquoi des chenilles géantes se trouvaient dans un tunnel pareil. Si elle commençait à poser des questions, ça n’en finirait pas. Elle put alors entendre Raph se relever.

     - Donne-moi ta main, dit-il (Et comme elle ne faisait rien :) c’est pour qu’on ne soit pas séparé.

          Jessa hésita un instant, puis avança en direction de la voix du jeune homme. Il trouva sa main facilement dans le noir, trop facilement. Elle se demandait s’il ne lui avait pas menti en disant qu’il n’y avait pas de sort pour la vision nocturne. Il lui pressa la main pour la rassurer.

     - Quand la chenille a éclairé le tunnel, j’ai aperçu un escalier, expliqua-t-il en l’entrainant.

           C’était presque comme s’il courait, et Jessa ne pouvait rien faire d’autre que suivre son rythme. Il s’arrêta soudain.

     - On est devant, dit-il, attention aux marches.

           Raph était trop sûr de lui pour ne pas avoir une vision nocturne, la jeune fille en était certaine à présent. Il commença alors l’ascension, Jessa toujours à sa suite. A chaque nouvelle marche, elle se cognait le pied à un endroit diffèrent. La jeune fille commença à les compter. Vers la dixième, Raph arrêta de monter et Jessa put entendre le grincement d’une porte qu’on ouvrait pour la première fois depuis plusieurs années.

          La lumière les attaqua. Jessa eu d’abord le réflexe de fermer les yeux. Puis elle les ouvrit lentement, étape par étape pour que ses yeux s’habituent. Elle découvrit alors des dizaines de personnes sur un quai. Ils se trouvaient en fait dans une station de métro. Raph la fit avancer d’un pas et la porte se referma dans un bruit sourd derrière eux, mais tout le monde s’en fichait. En fait, personne n’avait remarqué leur apparition. Ils avaient tous les yeux rivés sur les rails en attente du prochain train qu’une voix féminine annonçait dans un hautparleur. Ils allaient enfin pouvoir rentrer chez eux ! Le train allait les ramener en ville et une fois là-bas ils pourraient rentrer à la maison. Jessa comprit que le tunnel qu’ils venaient de quitter était en fait une ancienne station désaffectée que les chenilles géantes avait colonisée pour on ne savait quelle raison.

          Quand tout à coup, la lumière disparut et ils se retrouvèrent encore une fois dans l’obscurité la plus totale.

     - Wouah, s’exclama Raph, t’as vu ça Jessa ? C’est mon sort de lumière ! Tu savais qu’on pouvait éclairer, mais aussi tout éteindre avec ?

          Si Raph n’avait justement pas éteint la lumière, il aurait vu le regard assassin que lui lançait Jessa alors qu’elle lui broyait la main.

     

    Qu'est-ce que vous en pensez ? Personnellement, je l'aime beaucoup. Je dis ça, s'en vouloir me vanter. C'est juste que parfois, on écrit des textes et on est plutôt déçu de la forme qu'il a pris. Et d'autre fois, on aime beaucoup, on est fier de soi quoi ! C'est un de ces textes.

    En fait, c'est un texte que j'ai envoyé à un concours. J'ai reçus les résultats il y a quelques jours et c'est pour ça que je vous le fait lire aujourd'hui. Parce que je l'aime beaucoup et que je viens de me rendre compte qu'il est en fait assez long (6 pages). Ce qui est bien pour un anniversaire. :)

    Donc, j'imagine que vous vous demandez quel était le sujet du concours. C'était en fait l'image qui illustre cet article. On devait s'inspirer de cette image pour écrire une nouvelle fantastique. Personnellement, je trouve que j'ai plutôt bien réussi. 

    Ah oui, je ne vous l'ai pas dit, mais je n'ai rien gagné. Je n'ai même pas réussi à arriver à la troisième position. Mais bon, en même temps, je n'ai vraiment pas de regret parce que je suis contente de ce que j'ai écrit. Et puis, ceux qui ont gagné ont tous écrit quelque chose à propos de la mort. Je suis bien contente de ne pas avoir fait comme eux. Je trouve qu'ils écrivaient bien, peut être même mieux que moi, c'est pour ça qu'ils ont gagné, mais je n'ai pas du tout aimé les sujets qu'ils ont choisi.

    Donc, je suis contente de moi et je voulais le partager ! ;)

    Mm, comment j'ai eu l'idée ? Franchement, ça date de trop longtemps, je ne m'en souviens pas. Surement en regardant longtemps cette image ! ;)

    Je vais finir sur ça, en vous souhaitant bonne vacances (même si c'est la fin). Bonne année et tous mes vœux de bonheur ! Que je réussisse mon Bac et d'autres concours littéraires et vous tous les examens divers et variés que vous avez à passer ! Bonne année !! :D

    A bientôt !

    G.

    « In The Middle Of The ForestLa Maison (Concours de Chiki le kiri) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Janvier 2016 à 00:25

    Bonne année 2016 Gaellah. Que celle-ci soit source d'inspiration et de bonheur.
    A bientôt.

     

      • Lundi 4 Janvier 2016 à 14:02

        Merci beaucoup ! :)

    2
    Vendredi 22 Janvier 2016 à 15:31

    Ça aussi c'était cool comme Bout d'histoire, je suis étonné qu'il ne soit même pas arrivé dans les trois premiers, je trouve que tu l'as vraiment bien réussi ! D'ailleurs pour moi c'est l'un des Bouts d'Histoire que tu as sûrement le mieux écrit. Ce n'était pas forcément l'histoire qui était mieux, mais je suis d'accord tu l'as bien réussi. :3 Et bonne année en retard ! XD (le mec pas du tout décalé)

      • Vendredi 22 Janvier 2016 à 15:52

        Moi aussi j'étais étonnée. Très étonnée même, quand on lit ce qu'on écrit les autres... (C'était quoi leur problème avec la mort sérieux ?)

        Un des bouts d'histoire que j'ai le mieux écrit, sérieux ? A ce point ? C'est vrai que je l'aime beaucoup, mais je pense que je préfère toujours Notre Première Rencontre... Assomante. J'adore les personnage que j'ai crée en fait. Et je pense que ça vient du fait que ce Bout d'histoire est le plus long que j'ai écrit, donc mes persos, sont plus travaillés. Mais c'est vrai que celui-ci doit être en deuxième position ! ;)

        (Rooh, t'inquiètes, moi, normalement, je suis toujours en retard de plusieurs semaines !)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :