• Respire

    Une force invisible le sors de la noyade...

     

     

    Bonjour !

    Voici mon nouveau Bout d'histoire. Lisez-le et je vous donnerai plus d'explications à la fin (Enfin, ne vous attendez pas à un truc de fou, non plus !) :

     

    Il faisait nuit. Nuit noire. Non, c'était faux, des lumières éclairaient tous les alentours, mais il y avait cette endroit qui semblait vouloir rester sombre. Il n'était pas totalement noir, seul le croissant de la lune l'éclairait. La mer noire, calme ce soir-là, ondulait lentement sur les petits cailloux qui remplissaient la plage.

    Lui, il était tombé dans la grande étendue d'eau sans s'en souvenir. Il ne savait pas comment il avait fait pour tomber, il ne savait pas s'il était proche d'une rive, ou au large. En tout cas, ça avait l'air profond car il n'arrêtait pas de s'enfoncer encore et encore dans l'obscurité de la mer. Il avait le visage tourné vers la surface, mais il n’espérait plus rien. Ça faisait longtemps qu'il avait arrêté de se débattre pour survire, de penser, puis de respirer.

    Il était mort. Ou s'il ne l'était pas, ça n'allait pas tarder.

    Quand quelqu'un lui attrapa le poignet et le tira vers la surface. Pourtant, personne n'était passée devant ses yeux restés ouverts, il avait été sûr d'être seul. En quelque seconde, il remontait tous les mètres de profondeur qu'il lui avait fallu tellement de temps à atteindre depuis qu'il avait décidé d'abandonner. L'eau lui tapait le visage de plein fouet. Mais il ne s'en rendait pas compte. En fait, il ne comprenait rien de ce qui se passait et il ne cherchait pas à savoir.

    D'un coup, il fut dehors. Dès que sa tête fut à l'air libre, il reprit ses esprits. Personne ne le tirait hors de l'eau. Enfin, il y avait bien quelque chose, mais ce n'était pas humain. C'était même invisible. Il sentait quelque chose autour de son poignet gauche. Mais il ne pouvait pas mettre de mot dessus. C'était chaud et il sentait que cette chose retenait sa force pour ne pas lui écrabouiller les os.

    Il regarda en bas et se rendit compte qu'il était au-dessus de l'eau. La chose l'avait emportait à quelques mètres de la mer. Il volait. C'était impossible. A peine avait-il fait cette constatation que la chaleur disparue autour de son poignet. Il n'y avait plus de force pour l'empêcher de tomber. On venait de le lâcher et il plongeait dans l'eau qu'il imaginait glacée, sans pouvoir l'empêcher. Mais il ne paniqua pas, il n'en eu pas le temps.

    La mer n'était pas aussi froide qu'il le pensait. C'est ses pieds nus qui la touchèrent en premier, et tout son corps suivit. Il était encore dans l'eau, mais cette fois, ce n'était pas pareil. Il touchait le sol. Ses pieds avaient atterris sur ce qui lui semblait être des bouts de verres qui lui entaillaient la peau. C'était différent cette fois, car il était conscient et qu'une évidence vint le frapper. Il ne voulait pas mourir.  

    Ses jambes se replièrent et il mit toute sa force dans le saut qu'il fit pour remonter à la surface qu'il n'avait pas quittée des yeux. Sa tête sortit encore une fois à l'air libre et il prit tout de suite une grande inspiration. Il remarqua aussitôt que même la tête hors de l'eau, il avait toujours pied. En face, il pouvait voir la plage plein de petites pierres. Il était beaucoup plus proche de la rive qu'il ne l'aurait cru.

    Il fit un pas vers la plage, mais il allait plus mal qu'il ne le pensait. Ce simple geste lui donna le tournis et il tomba à quatre pattes sur les cailloux. Il se fit mal à la paume de ses mains et aux genoux, cependant, il ne s'en rendait pas compte. Il eut un haut le cœur et vomit de l'eau claire. Mais il n'avait qu'une idée en tête. Il voulait s'extraire de la mer au plus vite.

    Il avança, toujours à quatre pattes, toujours en recrachant de l'eau à chaque pas, toujours avec ses cailloux qui lui avaient déjà ouverts des dizaines d'entailles. Une fois à cinq bons mètres de la mer, il s’effondra sur le côté, épuisé. Bon, au moins, il ne vomissait plus. Il reprit son souffle doucement. Il se mit sur le dos et observa le ciel noir.

    Quand il reprit une respiration normale, il s'assit. Les jambes écartées, s'appuyant sur ses mains posées de chaque côté. Il attendait. Quoi ? Il ne le savait pas. En face de lui, la mer n'était qu'une étendue infinie d'eau sombre. De part et d'autre, on pouvait voir la lumière des villes les plus proches scintillaient dans la nuit en petits point lumineux. Mais les deux villes étaient séparées par la mer. Il porta son regard au loin, où l'horizon se confondait avec le ciel. Et si on ne regardait que de ce côté, on pouvait pensait que le monde était complètement noir et sombre.

    Il se fit la réflexion que personne ne l'avait remarqué. Cependant, il entendait de la musique. Il n'y avait personne autour de lui, pourtant, pas très loin d'ici, il y avait une fête. Il ne regarda pas derrière lui, mais il imaginait très bien la route parcouru de voitures et camions.

    Sans s'en rendre compte, il se détailla lui-même. Il avait un débardeur simple noir qui laissait ses bras apparents. Un bermuda de même couleur lui tombait mi-mollet. Et il avait des tongs tout aussi sombres aux pieds. Il fronça les sourcils. Il pensait pourtant avoir les pieds nus. Même s'il était plutôt mince, il se sentait musclé. Il se demandait de quelle couleur étaient ses yeux, mais il n'avait pas la force de se traîner jusqu'à l'eau pour le découvrir dans le reflet de son visage.

    Il avait les cheveux attachés en chignon. Il se souvenait qu'il les attachait ainsi car il n'aimait pas les sentir sur son cou. Ses sourcils se froncèrent encore plus. Comment avait-il réussi à se souvenir de ça ? Depuis le début, il ne se souvenait de rien, mais ça ne l'avait pas gêné plus que ça. Il ne s'était pas posé beaucoup de question non plus. Pourtant, ce souvenir sur ses cheveux l'embêtait. Pourquoi ce souvenait-il de ce détail insignifiant et non de quelque chose d'important, comme son nom par exemple ?

    La question disparue aussi vite qu'elle était venue. Une brise fraîche se leva soudain, lui collant ses vêtements trempés à la peau. Il frissonna. Quelque chose vint alors lui touché le pied droit. Il baissa ses yeux pour découvrir l'objet qui l'avait frôlé. C'était un ballon. Le vent la lui avait apportée. Dans le noir, il n'arrivait pas à distinguer sa couleur. Il était en cuir. Ça lui rappelait quelque chose, mais il ne savait pas quoi.

    Au bout d'un moment, il sourit pour la première fois, les yeux tournés vers le ciel noir. Reconnaissant.

     

    Voilà voilà ! J'ai eu l'idée en voyant le gars. En chair et en os. Sérieusement. Un soir, j'ai vu un gars assis sur le trottoir avec son ballon, et j'ai pensé à ça.

    Alors pour la force qui le tire de l'eau... Ba en fait, ça devait être une fille, mais ça m'embêter, parce que je voulais qu'il soit seul... Et enfin de compte, je me suis dit, on s'en fou si ce n’est pas réaliste, c'est une histoire et tout est possible...

    En fait, j'aime bien le fait que quelqu'un veille sur lui, le sorte de l'eau et lui apporte son ballon, mais qu’on ne sache pas qui c’est...

    Pour le titre, ne me demandez pas pourquoi j'ai mis ça...

    Ça fait trois Bouts d’histoire, voire quatre, que je raconte dans une atmosphère sombre, pendant la nuit…

     

    A la prochaine les gars !

    G.

    « L'amour ne Meurt Jamais...J'ai Soif »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 2 Août 2015 à 23:59

    Moi je sais! Parce que que tu te noies ou non, tu respires. Enfin c'est mon analyse du truc, je suis pas dans ta tête...

    Celui-là m'a plus plu, j'aime bien l'idée de la force invisible, du coup, je me demande ce que c'est. Mes trois premières pensées, sans avoir réfléchi plus avant:
    -le Kraken (ouaip. Dafuq?)
    -une tortue géante! (ouaip, dafuq aussi, mais encore plus)
    -Un Roc! (tu sais, l'oiseau légendaire arabe hein. Pas un caillasse.)

    L'hypothèse du Roc m'apparaît la plus logique, parce qu'une tortue géante, bouof, et puis le Kraken c'est juste, ok, un poulpe géant mais heu, il fait juste couler les bateaux pour les bouffer au fond de l'océan. Et comme les oiseaux sont des bestioles à sang chaud, la chaleur de la poigne n'est pas irréaliste. Alors après, un Roc qui nage, fuuu... Bon ok, alors une sirène de la grèce antique (celles avec des ailes) mais en version sympa parce qu'elles aussi à l'origine elles font couler les bateaux pour faire (littéralement) des marins leur 4h. Dingue, le nombre de bestioles mythologiques anthropophages, nan?

    Après, je m'interroge sur le ballon. Un souvenir d'enfance? Un truc qui était avec lui sur le/la bateau/véhicule quelconque/pont/plage/rive/autre-merci-de-préciser? Pourquoi le ballon? Comment on est sûrs qu'il est bien à lui?

    Tellement de curiosité dans ma vie...

     

    2
    Lundi 3 Août 2015 à 10:02

    Oui, c'est surement ça ! Très bonne analyse du texte ! :)

    Le Roc est mon option préféré (T'as remarqué que je préfère que les trucs bien plausibles ?). Mais y a quand même un truc qui cloche, parce que c'est censé être une force invisible et là, tout ce que tu m'as sortie sont visibles et consistants...

    Ah donc t'es d'accord avec moi pour le Roc ! ;) Et non, en fait la meilleur hypothèse est bien sur cette sirène de la Grèce antique qui est devenue gentille pour on ne sait quelle raison... :P

    Aucune idée pour le ballon, tu peux pensé ce que tu veux, j'en sais rien ! Fallait juste qu'il soit là. C'est comme une partie de lui et il l'a très vite compris.

    Mais c'est bien de s’intéresser à plein de choses différentes ! Et même de se poser plein de questions qu'on peut trouver soit-même complètement inutiles ! ;)

     

     

    3
    Lundi 3 Août 2015 à 14:33

    Merci madame la prof :p

    Oui, donc un Roc invisible (et oui j'ai remarqué :3 ...) mais sinon, la sirène antique reste sympathique, après, pourquoi serait-elle devenue gentille?

    Hm... Ouaip, mais j'ai pas d'idées là...

    La curiosité tua le chat.

    4
    Lundi 3 Août 2015 à 17:34

    C'est bien, Chiki, tu te débrouilles très bien dans ce domaine ! 

    Nan, en fait, je préfère le Roc, même s'il doit être invisible...

    T'as pas d'idée ?! Hé ! Tout le monde !! Chiki n'a pas d'idée !!! C'est une première  !! Qu'est-ce qui se passe ?

    Rooh, c'est horrible ça...

    5
    Lundi 3 Août 2015 à 18:04

    Ouaip, le Roc c'est plus badass quand même hein, moi ça me fait moins penser à des harpies va savoir pourquoi *air innocent*

    Beuh... mes potes oublient leurs affaires chez moi u.u et sinon c'est juste que le ballon, je sais pas, je suis en panne.... :|

    Pauvre chat :'(

    6
    Lundi 3 Août 2015 à 19:41

    Oui, ça fait badass. Mais moi quand je pense à ça, je me dis qu'en l'attrapant avec ses sortes de griffes, il a du lui lacérer le poignet... Ça a du faire super mal !

    Ah, tes amis qui oublient leurs affaires chez toi ça doit beaucoup te perturber, c'est pour ça ! J'ai trouvé la raison ! :)

    Oui :3 (Aujourd'hui, j'ai vu deux petits chatons, trop mignons ! :P)

    7
    Lundi 3 Août 2015 à 19:45

    Bah je sais pas, avec des serres t'es pas obligé de les planter non plus même si sous l'eau il a dû avoir du mal!

    Haha voilà x) *venez récupérer vos affaires les amis, comme ça ça me perturbera moins :p*

    Mon chat s'est enfui y'a environ un an et demie... :'(

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :