• Prisonnière du Scotch

    Elle se fait secouer comme un prunier pour enfin arriver en tant que prisonnière dans un grand hangar et passer un interrogatoire. 

    prisonière

    Salut !

    J'ai commencé deux Bouts d'histoires en même temps, ce n’est pas génial ça... C'est pas ma faute ! Il y en a une que je n'arrive pas à commencer ! Je n'arrive pas à trouver sous quel angle je vais la raconter... :

     

    Le camion en s'arrêtant fit tomber la jeune fille qui l'occupait à l'arrière vers l'avant, se tapant la tête. Elle fit une grimace en se remettant debout. Les deux grandes portes s'ouvrirent alors avec rapidité. Un gars habillé tout en noir, portant un gilet par balle et quelques armes vint l'attraper par le bras et la força à sortir. Elle essaya de se débattre, mais elle s'avait très bien que ça ne servait à rien. Elle ne pouvait même pas crier, on lui avait collé un scotch horrible sur la bouche. Elle avait aussi les mains liées dans le dos par une corde en lin, pas pratique pour s'enfuir.  

    On l’entraîna jusque dans un hangar gris qui contenait des centaines de boites, bien fermées. Il y avait aussi une petit table en fer, entourer de deux chaises. A l'une d'elle était assis un homme qui tripotait un couteau en les attendant. En la voyant arriver, il eut un sourire diabolique, enfin, elle le ressentit comme ça. 

    L'homme qui l'avait poussé depuis le camion la força de s’asseoir avec violence. Il lui enleva alors d'un coup le scotch qui l'empêchait de parler. C'était comme si on lui avait arraché les lèvres. Elle se les humecta en vérifiant qu'elles étaient toujours à leur place. Elle avait le regard noir, les sourcils froncés, elle était énervé.  

    -Vous n'allez rien dire, pas vrai ? comprit l'homme assis en face d'elle. 

    Elle ne répondit pas, mais soutint son regard. Sur son visage se dessina un petit sourire. 

    - A vrai dire, je le savais déjà... Mais pour tout vous dire, ce n'est pas moi le grand boss. Personne ne m'écoute, à part ces idiots qui vous ont ramenée ici. Enfin, ils ne doivent pas être tellement idiots s'ils ont réussis à vous avoir... 

    Il fit cette dernière remarque pour lui-même. Puis il se leva, fit le tour de la table et vint s'asseoir dessus, une jambe encore à terre, à la gauche de la jeune fille. 

    - Tu vois, fit-il avec une grimace embêtée, on me donne des ordres, et je les exécute. 

    Il se releva et marcha un peu, dos à elle.  

    - En fait, nous ne sommes pas tellement différent. Nous recevons tous les deux des ordres, et les exécutons. 

    Elle ne put s'empêcher de rire à cette dernière phrase. 

    - Quoi ? Tu n'es pas d'accord ? demanda-t-il en se retournant, surpris. 

    - Non, pas vraiment, répondit-elle en parlant pour la première fois. Je pense que vous exécuter tout sans réfléchir. Ce qui fait la différence entre vous et moi. 

    - Ah, et à quoi as-tu réfléchis cette fois ? Sans te vexer, tu es chez moi, et tu ne pourras pas en sortir si facilement. 

    Encore une fois, elle rit : 

    - Qui vous dit que ce n'était pas mon but ?

    Le visage de l'homme se figea sur un sourire idiot en pensant à cette possibilité, et dit en toute honnêteté : 

    - Je n'avais pas pensé à ça. 

     

     

     Voilà ! C'est fini ! J'espère que ça vous a plu ! Bon, j'avoue que cette histoires est assez classique. C'est juste que j'y ai pensé à cause de scotch. Je me demande vraiment qu'est-ce que ça fait d'enlever un scotch aussi fort, aussi vite. Dans les films, ils n'ont jamais mal, mais vu que c'est que des films, on peut pas compter sur eux... Donc, voilà ce que j'ai imaginé si c'était en vrai.

     

    Bisous, bisous, à la prochaine.

     

    G.

     

    « Cinq Histoires en Une... Ou Sept Personnes ImportantesLe Récit »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :