• Robot-Lampadaire

    Minea est obligée d'emprunter une ruelle bondée pour pouvoir suivre son suspect, mais une chose inattendue va arriver une fois qu'elle aura réussi à en sortir...

    Robot-Lampadaire

    Bonsoir à tous !

    Cette fois, je reviens plus vite que d'habitude (Voir beaucoup plus vite), c'est parce que j'ai eu une idée que je trouve vraiment bien, et qui n'a pas besoin d'être approfondi... J'espère que ça vous plaira :

     

    La ruelle était étroite et sale. Pourtant, beaucoup de clochards aimaient se retrouver ici à la nuit tombée pour s'endormir. Minea ne comprenait pas ce qu'ils lui trouvaient. Ce n'était même pas une ruelle à proprement parler, c'était en fait un passage entre deux immeubles presque collés l'un à l'autre. Le bas des murs était moisi et une couleur jaune-verdâtre remontait vers le haut. La jeune femme se demandait bien dans combien de temps  les murs seraient complètement contaminés.

    Et faire son chemin entre tous ces gens, n'était vraiment pas de tout repos. Des hommes et des femmes étaient affalés au milieu du passage. Ils avaient aussi laissé tomber leurs affaires n'importe où. Apparemment, ils n'avaient pas peur d'être volés. Mais le pire était les enfants qui arrivaient à s'amuser et courir alors qu'il n'y avait vraiment pas de place pour ça.

    Un de ces enfants, justement, poussa Minea dans le dos et ne s'y attendant pas, elle se retrouva face contre terre. Elle se releva vite après avoir « gouté » aux pavés trempés de pluie, de peur de se faire écraser. Parce que oui, en plus d'être obligée d’emprunter cette ruelle, il pleuvait. Mais Minea ne pouvait pas faire autrement, c'était le passage le plus court. Elle suivait quelqu'un et elle était sûre de l'avoir vu prendre cette ruelle. Même si dans cette foule, elle n'était plus aussi sûre ; elle n'avait toujours pas réussi à le repérer.

    Elle vit alors du mouvement au fond. Une femme assez corpulente cria en se faisant bousculer. Elle lança alors des injures plus grossières les unes que les autres. Grace à son intervention, Minea reconnu son suspect. Elle se dépêcha de le rattraper et joua des coudes pour se faire un passage à travers ce monde. La jeune femme sentit qu'elle marchait sur quelque chose. Elle eut peur que se soit la main d'un de ces enfants et elle baissa la tête pour s'assurer du contraire. Effectivement, ce n'était que le bout d'une boite en carton qui avait été déchirée. Mais à peine avait-elle baissé la tête qu'elle ne trouva plus l'homme qu'elle poursuivait en la relevant. Une lueur d'inquiétude passa dans ses yeux, et elle redoubla d'effort.

    Elle criait pour se faire une place. Elle disait aux sans-abris qu'elle était une représentante de la loi, mais tout le monde se fichait de ce qu'elle pouvait bien raconter. Encore une fois, on la poussa, mais se fut dans les hanches qu'elle se prit le coup et elle bascula donc sur le côté. Cependant cette fois, elle ne tomba au sol et se rattrapa sur une sorte de lampadaire en aluminium qui lui arrivait jusqu'à la poitrine. Elle utilisa sa main gauche pour se retenir de chuter et utilisa toute la force qu'il y avait dans cette main pour retrouver son équilibre.

    Minea soupira et se remit en marche. Elle n'était plus très loin de la sortie. Il fallait vraiment qu'elle se dépêche où il prendrait trop d'avance. Elle aussi devait pousser les passants pour pouvoir avancer. Elle se retrouva presque coincée en deux hommes au moment de quitter de la petite ruelle. Une fois dehors, elle prit une grande inspiration et regarda autour d'elle. Evidemment, il avait disparu. La jeune femme fit la moue mais avant d'abandonner complètement, décida de choisir un côté et de courir sur quelques mètres, on ne savait jamais, peut-être qu'elle le retrouverait.

    Sans conviction, elle se mit à courir et s'arrêta au premier carrefour car elle n'avait vraiment aucune idée de la direction que l'homme avait pu prendre. Elle jura dans sa barbe. Elle se retourna pour revenir sur ses pas et retrouver son équipe, quand elle s'arrêta stupéfaite.

    Il faisait nuit, et comme d'habitude, certaine rue était complètement déserte. Comme dans celle où Minea marchait. Sauf que la rue n'était plus vide. Il y avait quelqu'un. Ou plutôt quelque chose. Devant Minea se tenait le lampadaire avec lequel elle s'était rattrapée avant de tomber. A présent, elle pouvait l'examiner plus en détail. Il était effectivement de couleur grise et une taille bien inhabituelle pour un lampadaire. Il ne lui arrivait pas à la poitrine, mais aux hanches. Minea se demanda quelle catégorie de personne il pouvait bien éclairer à cette hauteur. Les petits enfants ? De plus, sa tête ressemblait à un chapeau chinois. Ceux avec une pointe et une base ronde. La pluie coulait doucement dessus.

    Mais le plus surprenant était quand même de le retrouver dans cette rue. Car après tout, un lampadaire n'avait qu'un pied, il ne pouvait pas vraiment marcher... Minea fronça les sourcils, plus intriguée qu'inquiète. Quand sur le chapeau quelque chose brilla quelque seconde. La jeune femme s'approcha doucement vers le lampadaire. Sur sa tête était apparue une empreinte de main. Minea reconnu alors ses doigts. Ses yeux s'ouvrirent en grand. Elle commençait à avoir une idée de ce qui se passait ici.

    La tête du lampadaire bougea alors et se releva vers la jeune fille. Ce n'était pas du tout un lampadaire. Des petits yeux bleus vide la regardaient. Un sourire qui avait été sculpté sur le visage du lampadaire, sous son chapeau, lui donnait un petit air innocent.

    Minea savait exactement ce que c'était. Ce n'était pas un lampadaire. C'était un de ces robots nouvelles générations. C'était une grande nouveauté car la première personne qui les touchait devenait leur propriétaire. Et apparemment, ils gardaient les empreintes. 

    Et s'il ne marchait pas car il n'avait qu'un seul pied, c'est qu'il devait faire des petits sauts pour avancer. C'était fou que Minea ne l'ait pas entendu la suivre. C'était même surprenant qu'il est réussi à sortir de cette ruelle. Non, le plus étrange c'est que Minea fut la première personne à le toucher alors que dans cette ruelle il y avait des centaines de personnes qui aurait pu le faire avant elle.

    Minea soupira d'exaspération. Déjà qu'elle avait perdu la trace de la personne qu'elle suivait, et maintenant, ça... !

    Son chef allait la tuer.

     

    Voilà, j'espère que ça vous a plu...!

    J'ai plus rien à dire, donc à la prochaine ! ;)

    G.

    « La DépendanceNotre Première Rencontre... Assommante »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 29 Octobre 2014 à 00:08

    Bonne semaine

    2
    Jeudi 13 Novembre 2014 à 23:03

    Un petit bonjour en passant...

    3
    Jeudi 27 Novembre 2014 à 10:10

    Bonne journée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :