• Saut dans l'Inconnu...

    Evans s'ennuie en cours et regarde par la fenêtre pour se distraire. Quand elle l’aperçoit sur le toit.

    Saut dans l'inconnu...Saut dans l'inconnu...Saut dans l'inconnu...Saut dans l'inconnu...

    Bonjour à tous ! 

    Nous revoilà pour un nouveau Bout d'histoire ! Je vous en dirai plus une fois que vous l'aurez lu, comme d'habitude ! Alors, bonne lecture :

     

     

    - Hello Miss Evans ! Wake up !

    Evans ouvrit les yeux. La lumière des néons l’attaqua et elle referma tout de suite ses paupières. Elle s’était encore endormie en cours, son bonnet gris lui tombant sur le front. Elle se redressa doucement et ouvrit lentement les yeux cette fois, s’habituant à la lumière.

    Elle commença à s’étirer quand son professeur s’exclama :

    - We don’t bothering you, I hope.

    - Sorry, murmura-t-elle toujours à moitié endormie.

    Il eut quelques rires légers dans la classe, mais ils disparurent bien vite.

    - On se passera de vos commentaires, répliqua-t-il en reprenant le français.

    Evans ne répondit rien et le professeur retourna derrière son bureau car il s’était rapproché du sien pour la réveiller. Il reprit alors son cours, comme si de rien n’était, tout en anglais. Il faisait parti de ces professeurs qui pensaient que c’était en écoutant de l’anglais qu’on progressait dans l’apprentissage de la langue. Sauf qu’Evans n’avait jamais rien comprit et ne comprendrait jamais rien. C’était surement pour cela qu’elle s’endormait régulièrement en classe.

    Evans tourna la tête vers la fenêtre. Elle choisissait toujours une table proche d’une ouverture vers le monde extérieur. Après dormir, regarder par la fenêtre était la meilleure façon de s’occuper quand on s’ennuyait en cours. D’ailleurs, Evans avait un super vis-à-vis, juste en face d’un immeuble. Bon, c’est vrai que pendant la journée, la plupart des gens partaient au travail, toutefois,  il restait quand même les vieux qui étaient déjà à la retraite et qui se levaient tous vers 9 heure. Ils ne faisaient pas des activités spectaculaires mais Evans aimait bien les voir bouger à travers sa fenêtre. Elle n’était pas seule au monde et en dehors du lycée, il y avait bien une vie. Evidemment, elle le savait, mais depuis qu’elle avait été obligée de s’enterrer ici, c’était comme si elle ne vivait plus.

    Sa classe était tellement haute dans les étages que depuis sa fenêtre, elle pouvait voir le toit des immeubles d’en faces. Ils étaient assez modernes et il n’y avait que deux ou trois bouches de cheminée. C’est dommage que les cheminées ne se fassent plus, pensa Evans. Elle aurait tellement voulu en avoir une dans son salon. Ça donnait tout de suite un côté sophistiqué. A l’époque, on était tous obligés d’en avoir pour ne pas mourir de froid.

    Quand quelqu’un apparu sur le toit. Sans s’en apercevoir,  Evans s’arrêta de respirer. L’homme était debout sur le toit, comme si c’était normal. Comme s’il n’y avait pas de danger. Comme s’il ne pouvait pas tomber. Comme s’il n’était pas à plusieurs mètres du sol. Comme s’il n’était pas menacé par une chute qui ne pouvait être que mortelle.

    Evans ne connaissait qu’un homme aussi sûr de lui. Quelqu’un d’aussi à l’aise au-dessus de tout le monde. La jeune fille n’avait besoin d’aucun temps de réflexion pour le reconnaître. Elle le regarda chercher quelque chose des yeux sur l’immeuble en face du sien. Dans l’immeuble où elle était. Il la cherchait elle.

    Quand il la repéra à travers la fenêtre, ses yeux s’illuminèrent et il lui fit un signe de la main en souriant. Evans, quant à elle, avait déjà un sourire aux lèvres et c’est à peine si elle put encore l’élargir tellement il était grand. Il était venu la chercher ! Sa vue se brouilla et elle se rendit compte qu’elle pleurait. Elle essuya ses larmes du revers de la main et tourna ses yeux vers lui. Dans la classe, personne n’avait remarqué son trouble. Lui, n’avait pas bougé, il lui faisait signe de la rejoindre. Elle hocha la tête pour montrer son consentement. C’était ça, son monde. Etre avec lui, c’était son monde, c’était sa vie. Elle ne comprenait pas comment elle avait fait pour se retrouver au lycée, coincée dans ce bâtiment. Il fallait qu’elle sorte. Elle devait aller le rejoindre. Ça devenait vital.

    Soudain, sur le toit apparut d’autres hommes. Il les avait repérés bien avant Evans, peut-être à cause du bruit que la jeune fille n’entendait pas. Dans chacun de leur regard apparut une lueur effrayée d’inquiétude. Evans ne savait pas qui étaient ces hommes, mais elle savait que c’était une menace. Ça l’était toujours. Après seulement quelques mois d’absence, ça n’avait pas pu changer. Il fallait vraiment qu’elle aille le rejoindre. Même s’il avait dû le faire ces derniers mois, elle n’arrivait pas à l’imaginer se battre seul. Il avait besoin de son aide. Ça avait toujours était ainsi.

    Elle se leva d’un coup, repoussant sa chaise contre le bureau derrière elle. Un bruit de ferraille retentit et cette fois toute l’attention de la classe était tournée vers elle. Mais Evans s’en fichait. Elle ne fit pas attention non plus aux cris de son professeur quand elle se précipita à l’extérieur de la classe. Il avait repris le français sous le coup de la colère ou de la surprise. Evans n’arrivait pas vraiment à le  discerner juste avec le son de sa voix. Elle trouvait qu’il criait toujours de la même façon. Et puis elle n’en avait rien à faire.

    La jeune fille se dirigea tout de suite vers l’escalier extérieur du bâtiment. Elle l’avait repéré le premier jour où elle était arrivée au lycée. Peut-être parce qu’elle savait que ce jour arriverait. Elle monta jusqu’au toit en courant, en prenant les marches deux par deux. Arrivée en haute, la seule chose qui l’empêchait de marcher sur le toit était une petit porte blanche avec des barreaux, fermée à clef. Avec de l’élan, elle passa par dessus sans problème, la porte n’était pas très haute.

    Elle était enfin en hauteur. Mais il avait disparu. Tout comme les hommes qui le suivaient.

    Elle cria son nom.

    Il ne pouvait pas disparaître aussi facilement, alors qu’elle venait juste de le retrouver.

    Quand elle repéra un mouvement sur la gauche, sur les toits d’en face. Evans tourna son regard vers ce point. Mais il n’y avait plus aucun mouvement. Alors qu’elle allait détourner les yeux, il sortit de derrière une bouche de cheminée. Il lui fit un signe discret de la main. Il ne criait pas lui. Il ne se faisait pas repérer. Il était intelligent et elle était une idiote finie.

    Elle se dépêcha de le rejoindre avant que les hommes qui le suivaient ne le retrouve. Arriver au même niveau que lui était assez facile, tous les immeubles étant collés mur à mur. Cependant, il se trouvait sur le bloc d’en face. Et la rue était bien trop grande pour pouvoir la traverser d’un saut comme ils le faisaient dans le temps. Elle le regarda dans les yeux, un air embêtée sur le visage. Comment allait-elle le rejoindre ? Quand les hommes réapparurent. Il les vit aussi. Il se remit à courir. Evans prit tout de suite le même rythme. Elle ne voulait pas le perdre de vue encore une fois. Mais il allait trop vite et elle commençait à se faire distancer. Elle accélérât le pas, cependant ça ne suffisait pas. Il avait toujours était plus fort à la course.

    Le bout du toit arrivait rapidement. Il fallait s’arrêter. L’autre bloc était bien trop loin pour sauter et retomber sur ses pieds. Evans lui jeta un coup d’œil. Sauf qu’il ne donnait pas l’impression de vouloir s’arrêter. Evans regarda derrière lui. Les hommes le suivaient toujours en courant. Et eux non plus n’avait pas l’air de vouloir s’arrêter. Le bord se rapprochait de plus en plus. Evans commençait déjà à ralentir, mais pas lui.

    - Eh ! Ne fais pas ça ! cria-t-elle pour qu’il puisse l’entendre.

    Il lui jeta un vif regard puis se concentra à nouveau sur sa course. Et ce fut tout. Il n’allait pas l’écouter. Elle le savait et ça ne servait à rien de lui demander d’arrêter. Mais elle n’arrivait pas à faire autrement ; elle ne pouvait pas le voir sauter sans rien faire.  Evans répéta :

    - Arrête ! Arrête ! S’il-te-plait ! Arrête !

    C'est bon, il y était, au bout. Sur les derniers mètres, il accéléra encore tandis qu’Evans s’arrêtait complètement.

    Quand il sauta, Evans ne put rien faire que de le regarder en retenant sa respiration, les yeux grands ouverts de frayeur.

    Pendant un instant, le temps s’arrêta. On aurait dit qu’il pouvait rester suspendu dans l’air pour toujours. Toutefois l’apesanteur les rattrapa et il commença à tomber, à quelques mètres de l’immeuble. Il tombait tellement vite qu’Evans ne put pas voir toute sa chute car il disparut de son champs de vision. Elle se précipita tout contre le bord pour voir en contre bas. Cependant, ses jambes ne la soutenait plus et elle tomba à genoux ; les mains à plat au sol. Des larmes commencèrent à couler sur ses joues. De ses mains tremblantes, elle essaya de les essuyer, mais en fait, elle n’en avait rien à faire.

    Elle examina alors la rue. Elle était remplie de voitures qui roulaient aussi normalement qu’on pouvait l’imaginer. Comme s’il n’y avait pas un homme qui venait de tomber. Il n’y avait aucun attroupement sous l’immeuble. Il n’était pas là. Tout simplement.

    Evans regarda autour d’elle, sur les toits, comme s’il avait pu remonter. La seule chose qu’elle vit fut les hommes qui le suivaient en train d’observer la rue. Evans aurait put les haïr, elle l’aurait fait s’il était mort. Mais son corps était nulle part, il avait disparu. Elle avait d’autre chose plus important qui l’appelait que de les détestait. Il fallait qu’elle le retrouve, elle avait encore une chance de le voir vivant. Son cœur se gonfla alors qu’elle se remplissait d’espoir.

    Toutefois, elle n’avait aucune idée d’où aller le chercher. Son excitation retomba un peu. Mais elle n’était pas découragée. Pour l’instant, elle ne voyait qu’une solution pour peut-être avoir un indice sur sa position. Peut-être que ça ne servirait à rien, peut-être qu’il ne répondrait pas, mais il fallait qu’elle essaie. Elle le fit quand même. 

    Sa voix raisonna dans l’air alors qu’elle hurlait son nom.

     

    Voilà voilà, j'espère que ça vous a plu !

    C'est un Bout d'histoire que j'ai encore une fois écrit en cours. En fait, j'ai eu l'idée en regardant par la fenêtre, comme Evans... J'ai eu l'idée à peu près en même temps que le précédent Bout d'histoire. 

    Sur ce, à la prochaine tout le monde !

    G.

    « Notre Première Rencontre... AssommanteEntre Ennemis »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 31 Janvier 2015 à 20:33

    super j'ai beaucoup aimé ^^

    dommage qu'on en sache pas plus. 

    mais vraiment super ;)

    2
    Dimanche 1er Février 2015 à 15:43

    Je suis contente que ça te plaise ! :)

    C'est un peu fais exprès qu'on n'en sache pas beaucoup… 

    Merci ! 

    3
    Lundi 2 Février 2015 à 09:23
    Avec plaiz
    Je sais mais quand même on se pose plein de questions ;)
    4
    Lundi 2 Février 2015 à 16:09

     

    Tant mieux si te poses des questions, ça veut dire que j'ai bien réussi mon boulot ! ;) (Sans me vanter !)

    5
    Lundi 2 Février 2015 à 18:44

    XD oui tu l'as bien fait :P

    6
    Lundi 2 Février 2015 à 21:52

    Merci ! :P

    7
    Lundi 2 Février 2015 à 23:20
    Avec plaiz ^^
    8
    Mardi 3 Février 2015 à 13:02

    Je trouve que cette histoire est super, parce qu'on peut imaginer nous même la suite ^^ mais c'est dans ces cas là qu'on aimerait bien une suite ;)

    En tout cas, bonne chance pour le suite !

    Erena Shijima

    9
    Mercredi 4 Février 2015 à 16:30

    Pissenly : Encore merci ! :)

    Erena Shijima : C'est un peu ca le but de mes Bout d'histoire, que vous poussiez inventer le debut ou la fin, comme vous voulez ! :)

    Je ne mets pas de suite, tout simplement parce que je n'en ai pas imagine… 

    Merci !

    10
    Samedi 14 Février 2015 à 01:41

    Tu as une belle imagination !

    11
    Samedi 14 Février 2015 à 19:34
    Merci ! :)
    12
    Samedi 13 Juin 2015 à 14:05

    Salut !

    Un autre Bout d'histoire apprécié ! Étrangement, je me suis reconnue en cours d'allemand :P (sauf que je ne m'endors pas totalement...)

    J'ai bien aimé la disparition à la fin, c'est le genre de scène que je préfère ! Les disparitions, apparitions, changements d'ambiance soudains..

    Bref, beau boulot encore une fois ! ;)

    Carotte

    13
    Dimanche 14 Juin 2015 à 17:15

    Je suis contente que ça te plaise ! Moi je pense que j'apprécie plus ce Bout d'histoire une fois écris...

    Je pense que beaucoup de personne se reconnaisse ! Moi, perso, je n'ai jamais réussi à m'endormir en cours, je pense que je ne suis jamais assez fatiguée pour pouvoir dormir...

    Si je me souviens bien, je crois que je l'ai fait disparaître parce que je ne voulais pas qu'il s'écrase comme une crêpe avec plein de sang autour...

    Encore une fois, merci ! :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :