• Entre Ennemis

    Matthew retrouve par hasard Maz, son ancien ennemi. Pendant leur dernière confrontation, ils avaient chacun laissé l'autre s'enfuir sans séquelle. Que va-t-il se passer à présent ?

    Entre ennemis

    Bonjour tout le monde ! On plutôt, bonsoir, voire bonne nuit vue l'heure qu'il est... Il n'est pas si tard que ça, mais quand même ! :)

    Alors voilà, c'est bon, je suis en vacances ! Et pour le début des vacances j'ai décidé de vous poster un petit Bout d'histoire.

    Bon, je vous en parle plus en détail à la fin. Ah, juste avant, merci de lire Matthew avec l'accent, Maz se lit plutôt Madz et Gaeil c'est une sorte de Guéil, mais vous pouvez le lire un peu comme vous voulez...:

     

    Il se tenait juste en face de lui, le regard sévère, plein de fureur. Matthew esquissa un sourire et un signe de la main pour le rendre un peu moins sérieux. Mais ça ne fonctionna pas du tout et il laissa retomber sa main.

    Les choses sérieuses allaient commencer et ça allait vite devenir n’importe quoi.

    - Ce n’est pas Maz ? lui chuchota son supérieur dans l’oreille.

    Matthew ne répondit pas tout de suite, se laissant le temps de déglutir. Il allait se faire massacrer. Matthew se rendit compte que de l’autre côté, le supérieur de Maz lui demandait exactement la même question à son sujet, exactement de la même façon.

    - Oui, répondirent-ils ensemble mais sans s’entendre car ils parlaient trop bas.

    C’est alors que deux situations similaires démarrèrent.

    - Mais il n’était pas censé être mort ? s’étonnèrent les deux supérieurs.

    Pour l’instant, c’était encore gentil. On cherchait à savoir si un fait été faux. On chuchotait encore. Cependant, Matthew savait ce qui allait arriver. Son supérieur, Gaeil, était une femme. Elle avait le teint basané, et était plutôt petite de taille. Même si elle pouvait paraître gentille et fragile aux premiers abords, tout le monde dans l’agence connaissait sa réputation.

    Elle avait un attrait dont tout le monde avait entendu parler. Avant de s’énerver, elle faisait une tête et vous jetait un regard déçu qui vous faisait culpabiliser, à mort. Puis, une fois que vos barrières étaient baissées, elle changeait de visage d’un coup et commençait à crier, à vous massacrer. Et même si tout le monde était au courant, ils se faisaient tous avoir, à chaque fois.

    - Oui, il était censé être mort, répondirent les deux garçons.

    - Et tu n’étais pas censé le tuer, toi ? continuèrent-ils en insistant bien sur le dernier mot.

    Les garçons se contentèrent d’hocher la tête. Maz se mordait la lèvre inférieure et Matthew regardait  au sol n’osant pas croiser le regard de son supérieur.

    - Alors, qu’est-ce qu’il fait en face de mes yeux ? s’exclamèrent-ils.

    Cette fois, le ton avait été levé et Matthew tressaillit. Il se retint de reculer d’un pas car cela aurait montrer sa frayeur.

    - Tu as intérêt à avoir une bonne explication, murmura Gaeil d’un air menaçant.

    Matthew déglutit et cette fois ne put faire autrement que de s’écarter d’un bond.

    - Je peux tout expliquer, déclara-t-il.

    Maz se mit lui aussi face à son supérieur, de cette façon, lui et Matthew se trouvaient dos à dos.

    - Moi aussi, ajouta Maz.

    - On peut tout expliquer ! repris Matthew en reprenant de l’assurance.

    - On vous écoute, firent leur supérieur, septiques.

    - C’est très simple, commença Maz.

    - Oui, c’est une histoire très simple ! répéta Matthew en prenant la parole.

    Il connaissait Maz et savait qu’il pouvait les enfoncer. Même si ça faisait plus d’un an qu’il ne l’avait pas vu, il ne pensait pas qu’il ait changé. Matthew mit ses mains sur sa poitrine pour se désigner :

    - Bon, d’un côté, il y a moi, poursuivit-il, le beau gosse qui sait se battre et qui fait craquer toutes les filles. Et de l’autre, il y a Maz.

    Matthew le montra des mains, paumes ouvertes comme s’il le poussait au loin.

    - Maz, le mec sombre, froid, sérieux, qui ne parle pas beaucoup.

    Puis, il le jugea du regard :

    - Qui n’est pas mal non plus…

    - Matthew… gronda Maz d’une voix emplie de menace.

    - Maz, laisse-moi leur expliquer pourquoi on n’est pas mort ! s’exclama Matthew sans se laisser intimider. Reprenons. On nous avait envoyé s’entre-tuer, clairement, il faut le dire, on ne va pas se le cacher.

    Ce fut au tour de Gaeil d’ouvrir la bouche mais Matthew l’arrêta de la main.

    - J’ai pas fini !

    Elle le fusilla du regard, mais le laissa continuer.

    - Bon, alors il faisait beau ce jour-là, même très beau.

    Il prit d’un coup une voix plus calme et basse :

    - On s’est retrouvé au-dessus du désert, sans même se donner rendez-vous. Il n’y avait personne d’autre que nous, aucun témoin, c’était désert…

    Comme personne ne réagit à sa petit blague, il continua comme si de rien n’était.

    - L’endroit idéal pour nous acquitter de notre mission. Il a commencé en premier à attaquer, fit Matthew comme s’il rejetait toute la faute sur Maz, mais tout le monde se fichait de qui avait commencé. J’ai été obligé de répondre. Le problème, c’est que nos deux vaisseaux avaient une trop grande puissance de feu. Après tout, nous sommes les deux meilleurs pilotes, c’est normal que nous soyons accompagnés par les meilleurs vaisseaux… Mais à la tête que vous faites, vous vous fichez de mes commentaires.

    Tout le monde allait confirmer, mais Matthew les devança en s’exclamant :

    - Ok, ok, ok, je continue ! Bref, rapidement, nos vaisseaux ne furent plus en état de marche. On a été obligé de se faire éjecter si on ne voulait pas mourir pendant qu’ils prenaient feu. Je me suis déjà fait éjecter, mais à chaque fois, ça me fait tout bizarre. Ça ne te fait pas ça, Maz ?

    Ce dernier ne lui répondit pas et se contenta de lui envoyer un regard qui en disait long sur ce qu’il allait faire s’il ne continuait pas.

    - Ok, ok, répéta encore une fois Matthew, je continue ! On est tombé brutalement sur le sol sableux du désert et nous avons fait quelques roulés-boulés pour nous rattraper. Nous nous sommes vites relevé pour continuer à nous battre à mains nues. Cette fois, ce fut moi le premier sur lui. J’ai réussi à le mettre au sol d’un coup, je pense qu’il n’allait plus très bien de base, avoua Matthew avec un air embêté.

    Maz, quant à lui, leva les yeux au ciel.

    - Le truc, c’est qu’on était dans un désert. Le soleil tapait fort, et on nos gourdes étaient restées dans les vaisseaux qui avaient explosé. Très vite, nous nous sommes retrouvés épuisés. Et après avoir tiré nos pistolets, nous avons décidé que nous étions tous les deux dans une mauvaise position et qu’il était préférable pour cette fois de laisser l’autre s’en aller.

    - Je ne comprends pas, fit alors Gaeil, car Matthew avait enfin fini, tu l’as juste laissé s’enfuir comme ça ?

    Et voilà, elle était en train de le faire. Ce regard tellement attristé qui vous attendrissait à tous les coups. On aurait dit qu’elle était sur le point de pleurer. Matthew aurait tellement voulu la prendre dans ses bras pour la réconforter. Cependant, il savait d’expérience que s’il essayait de la toucher, elle ne le laisserait pas faire et lui lancerait un coup de poing en pleine mâchoire. 

    - J’étais obligé, si je voulais rentrer vivant, répondit Matthew.

    - Je suis désolé que ça se soit passé ainsi, s’excusa alors Maz avant que quelqu’un d’autre ne puisse dire un mot. Je vais d’ailleurs corriger cette erreur. Si vous m’en donnez l’ordre, j’achèverai ma mission, même si je dois mourir en l’accomplissant.

    Matthew le regarda, outré. Et voilà, en quelques mots il avait réussi à empirer la situation. Qui avait parlé avant lui de finir sa mission ?

    - Hey ! s’exclama-t-il. Je croyais qu’on avait acquis un certain respect l’un pour l’autre depuis cette histoire ! Je pensais que tu n’essayerais plus de me tuer !

    - Je suis désolé Matthew, fit Maz.

    Il lui tournait le dos, mais Matthew vit bien qu’il baissait la tête. Cette histoire l’embêtait quand même un peu. Ce qui lui redonna de l’espoir. Peut-être qu’ils allaient s’en sortir sans se battre.

    - Toutefois, ajouta Maz en relevant la tête, l’Etat passe avant ma propre vie… J’attends vos ordres, mon commandant.

    Maz ne le vit pas, mais Matthew lui jeta un regard furieux qui lançait des éclairs. Puis il tourna les yeux vers le supérieur de Maz, c’était à lui de décider maintenant. Quand l’idée lui vint que Gaeil voudrait peut être la même chose que Maz, qu’elle voudrait peut être qu’il continue ce combat qu’il avait cru fini.

    - Ne me dites pas que vous êtes d’accord avec ça !

    Son supérieur n’avait plus du tout l’air énervée ou attristée. Elle était plutôt embêtée. Elle aussi pouvait prendre une décision. Si elle ordonnait que Matthew tue  Maz, Matthew ne pourrait pas fuir.

    - Ne m’ordonnait pas de le tuer, murmura-t-il.

    Il était tout d’un coup complètement désemparé à l’idée de tuer Maz, même si pour ce dernier ça n’avait pas l’air de le déranger plus que ça. Ce qu’il n’avait pas dit à leur supérieur, c’est qu’avant de se quitter, Matthew et Maz avaient discuté, assis au milieu du désert. Ils s’étaient racontés pleins de choses, sans jamais évoquer leur avis politique. Non, ils n’avaient pas essayé de comprendre pourquoi ils étaient ennemis.

    Pour une fois, ils avaient fait une trêve, une vraie trêve, qui pour Matthew durait toujours. Après cette discussion, il avait appris à apprécier Maz plus qu’il ne le pensait, alors qu’avant ils se détestaient à mort. Quand Matthew avait été envoyé pour le tuer, il l’aurait fait volontiers, il aurait même proposé lui-même cette mission. Mais depuis qu’ils avaient discuté, il ne le voyait plus de la même façon.

    Non, il ne pourrait pas le tuer.

    - Ecoute Matthew, dit Gaeil en le prenant par le bras pour les écarter de leurs adversaires et parler tranquillement, même si je ne te donne pas l’ordre de le tuer, si son supérieur le fait, tu seras obligé de te battre avec Maz. Je ne te laisserai jamais mourir de sa main, tu m’entends ?

    Gaeil avait dû voir son air inquiet à l’idée de tuer Maz. Matthew retrouva un semblant de respiration normale après avoir entendu ses paroles. Il ne restait plus qu’au supérieur de se décider.

    C’était un homme assez baraqué, noir de peau. Il portait un débardeur qui laissait voir ses bras bien musclés. En fait, il pouvait faire vraiment peur s’il prenait un air sévère et commençait à crier d’une grosse voix. Mais pour l’instant, lui aussi avait l’air indécis. Toute l’issue de la situation reposait dans ses mains.

    Matthew serra les poings sans s’en rendre compte. Intérieurement, il priait, même s’il ne croyait pas en dieu.

    Quand il parla enfin :

    - Maz, tu ne peux pas laisser ainsi une erreur de ton passé sans la corriger.

    Tout le monde comprenait où il voulait en venir, mais il ajouta quand même pour être clair :

    - Je t’ordonne de tuer Matthew Pravèles.

    - Très bien, je ne reviendrai pas tant que ma mission ne sera pas accomplie, fit Maz comme à l’accoutume en s’inclinant légèrement.

    Puis il se tourna vers Matthew. Ce dernier déglutit.

    - Hey, Maz, t’es pas sérieux, tu ne vas pas l’écouter quand même ?

    - Je suis désolé Matthew…

    Puis il s’avança d’un pas et Matthew s’éloigna d’autant.

    - Arrête de t’excuser ! cria-t-il.

    L’inquiétude s’était transformée en colère. Il ne pouvait pas croire que Maz puisse faire ça aussi tranquillement alors que lui était pétrifié à l’idée de devoir lever son arme sur sa poitrine.

    - Maz, reprend toi ! s’exclama Matthew alors qu’il approchait encore d’un pas.

    - Je ne peux pas faire autrement.

    Matthew avait du mal à respirer. C’était quoi ce délire ? Il tourna les yeux vers Gaeil pour chercher de l’aide, mais cette dernière ne la regardait même pas. Comme si elle essayait de se couper complètement de la situation. Sur ce coup-là il lui en voulait beaucoup. Mais qu’aurait pu-t-elle faire d’autre ?

    - Alors tu ne me laisses pas le choix, répliqua Matthew.

    Pour une fois, l’expression sur le visage de Maz changea. Il fronça les sourcils, pencha légèrement la tête, se demanda surement ce que Matthew allait faire.

    Quand tout à coup, dans un nuage de poussière, Matthew disparut.

    Gaeil sursauta, le supérieur de Maz croisa les bras. Maz, quant à lui jura.

    - Il m’a encore faire le coup, murmura-t-il.

    Et avant que quelqu’un ne puisse protester, il disparut à son tour de la même façon.

    Cette fois, Gaeil s’y attendait et ne réagit pas. C’est alors qu’elle se rendit compte qu’ils l’avaient laissée seule avec le supérieur de Maz. Son ennemi. Elle se tourna lentement vers lui et mutuellement ils se jugèrent du regard.

    - Voilà ce que je propose, commença-t-elle. Chacun par de son côté comme s’il ne s’était jamais rien passé.

    - Ça me semble une très bonne idée, sourit-il.

    Puis ils éclatèrent de rire face à l’ironie de la situation.

     

    Et... c'est fini ! Bon, je vous avoue tout de suite, je suis un peu déçue de ce que j'ai écrit... Mais je ne sais pas comment l'arranger, alors je l'ai laissé comme ça... Je trouve que Matthew n'est pas aussi drôle que ce que j'aurai voulu, surtout à la fin où il devient super sentimental (Pourquoi ?)! Et puis la fin ne me plait pas du tout ! Voilà, ce Bout d'histoire est un exemple concret où parfois on peut avoir envie d'écrire quelque chose, mais quand on est devant le papier, c'est quelque chose de complètement différent qui sort...

    J'ai eu l'idée en allant voir Jupiter au cinéma. Vers la fin à un moment, y a l’héroïne et le méchant qui sont sur une sorte de pont, chacun à une extrémité et dont le milieu s'était effondré. Et puis, l’héroïne se casse comme s'il n'y avait pas eu son ennemi en face. C'est alors que j'ai essayé de m'imaginer la confrontation entre deux ennemis, qui la dernière fois qu'ils s'étaient vus avaient décidé de s'épargner.

    En fait, j'avais eu deux idées. Une où Matthew aurait du protéger des personnes de Maz. Il aurait alors été beaucoup plus agressif et ça aurait peut être été lui qui aurait engagé le combat. Et puis j'ai eu l'idée que vous avez lu... Je la préférais parce que Matthew été censé être assez drôle (Ce que je n'ai pas du tout réussi à faire, je trouve...).

    Enfin voilà. Ah, petit détail, dans ma tête ils ne sont pas que quatre, normalement, il était censé y avoir des dizaines d'autres soldats qui les entourent sans rien dire... Mais puisqu'ils ne disaient jamais rien, j'ai pas réussi à les placer...

    Autre détail intéressant qu'on pourrait remarquer : j'ai détaillé le physique des deux supérieurs, mais jamais celui de Matthew ou Maz... Bizarre, non ?

    Je ne sais pas pourquoi, mais je trouve que l'image représente très bien la relation qu'ont Maz et Matthew... Maz c'est celui qui est devant, et Matthew... ba l'autre quoi, celui qui est de dos ! 

    J'ai faillit oublier de vous dire quand j'ai écrit l'histoire... J'ai vu le film, pas ce Mercredi, celui d'avant... J'ai commencé à écrire l'histoire Vendredi, au lycée... mais je l'ai fini sur l'ordinateur aujourd'hui... C'est à dire que j'ai pris un peu plus d'une semaine...! C'est pas beaucoup par rapport à d'habitude ! ;)

     

    C'est ainsi que je vous laisse ! Bonne vacances à tous !

    G.

    « Saut dans l'Inconnu...Bousculée par la Foule »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :