• Tu es l'air que je respire

    J essaye de gérer sa peine.

    Tu es l'air que je respire

    Bonjour à tous !

    On se retrouve aujourd'hui une nouvelle fois pour le projet Eklabugs #31

    Bonne lecture ! :)

     

    J ferma les yeux.

    Elle aurait voulu tout oublié. Elle aurait voulu que le sol s'ouvre sous ses pieds pour que la Terre l'engouffre et qu'elle disparaisse. Elle ne voulait plus avoir ces sentiments. Elle aurait voulu ne plus rien ressentir du tout en fait. Même si ça voulait dire plus jamais de joie, ça enlèverait au moins toute cette douleur.

    Appuyée contre le mur, elle se laissa tombée par terre. Même pleurait devenait dur. Ses yeux étaient rouges et lui faisaient mal. Peut-être, justement, parce qu'ils n'avaient plus de larmes à faire couler. Combien de temps pouvait-on pleurer sans s'arrêter ? Combien de temps ça pouvait encore durer ? J aurait bien voulu s'arrêter, mais ce n'était pas elle qui décidait. Ses émotions étaient plus fortes que son cerveau.

    Ses sanglots résonnaient dans la chambre vide et sombre. Elle était encore une fois seule avec sa détresse. La fenêtre était ouverte et une brise légère faisait onduler le rideau. Son lit était fait, mais elle ne voulait pas s'y allonger. Elle avait l'impression que c'était pire d'aller se réfugier dans ses draps. Alors, elle restée sur le sol froid.

    Et puis, il y avait sa poitrine aussi. La douleur au niveau de son cœur était peut être pire que celle au niveau de ses yeux. Elle l'empêchait de respirer normalement. Elle agrippait sa peau en espérant la faire passer, mais rien n'y faisait.

    Elle releva la tête pour essayer de faire passer plus d'air. Son regard s'arrêta alors sur la fenêtre.

    Dehors, il faisait nuit. Enfin.

    Peut être qu'elle pourrait enfin s'endormir et oublier. Oublier ce qu'elle avait sur le cœur, oublier pourquoi elle pleurait, oublier cette journée, oublier cette année, oublier sa vie, l'oublier. Juste tout oublier. Arrêter de réfléchir.

    Elle voulait arrêter de penser à lui. A sa façon de sourire, sa façon de passer sa main dans ses cheveux. Le goût de ses baisers, le goût de sa peau sous ses lèvres. Son regard sombre qui la transperçait à chaque fois. Elle avait toujours eu l'impression d'être l'unique lorsqu'il l'observait ainsi. 

    Mais elle s'était trompée, quelqu'un passait avant elle. Et J avait été bête de ne pas y avoir pensé. 

    Lui-même passait avant tout. On passe soi-même avant n'importe qui. Avant nos parents, nos enfants, nos partenaires, nos amis. C'était nous avant tout.

    J aurait dû voir qu'il n'avait pas vraiment besoin d'espace. Qu'il n'essayait pas de rompre, que ça allait plus loin que ça. Que quelque chose était cassée en lui, intérieurement. Il n'était censé avoir qu'elle, alors pourquoi ne s'était-il pas confié ?

    On cherche tous à être sauvé.

    On cherche tous des bras forts pour nous entourer. Une voix rassurante qui nous dit qu'elle sera toujours là, n'importe quand, n'importe où. J avait cherché à être sa personne. Elle aurait voulu sauver l'homme qu'elle aimait. Elle aurait voulu qu'il la sauve en retour.

    Qu'il la sauve de ce monde horrible où les malheurs arrivaient à chaque seconde. De cette société perfide. Elle aurait voulu s'enfuir avec lui. Elle aurait voulu le sauver de ses sentiments. Elle aurait voulu qu'il lui fasse confiance.

    Elle n'arrivait pas à comprendre comment il avait pu partir comme cela, sans même lui dire au revoir. Sans même lui dire qu'il l'aimait. Sans même lui montrer que ça n'allait pas.

    Elle aurait voulu l'enlacer une dernière fois. Peut-être que ça aurait suffi pour le faire changer d'avis. Pour lui prouver qu'elle pouvait le sauver. 

    Qu'elle était là. Et qu'elle l'aurait toujours était.

    A la place, elle restait assise parterre, en se demandant comment remonter le temps.

     

     

    Je ne pense pas qu'on le comprenne, parce que je ne l'ai pas dit clairement, mais on parle de suicide. Récemment, c'est un sujet qui m'intrigue et j'avais vraiment envie d'écrire dessus pour cet article. En fait, je voulais écrire juste sur une rupture et à chaque fois, je revenais sur ce sujet. Ce n'est pas une simple rupture, il est parti pour toujours et tu ne peux rien y faire.

    En vrai, j'ai même écris un autre texte qui ressemble, comme une sorte de 1er jet, mais je ne l'ai pas posté... Me demandez pas pourquoi, sur le moment, ça ne me paraissait pas bien pour Eklabugs. En tout cas, si vous voulez le lire, je peux le rajouter. Mais vraiment, c'est quasiment pareil!

    Ah oui, vous avez surement remarqué que je n'arrive pas à trouver un nom à la fille... --'

    L'histoire du titre : je cherchais un titre et il est simplement venu dans la chanson que j'écoutais en écrivant : Back To You by Taemin

     

    Edit : J'aimerai rajouter une petit playlist à ce texte. J'ai longtemps hésité à l'ajouter, mais maintenant, ça me semble indispensable :

    I Need Somebody by Day6

    Hyena by JongHyun 

    Go Back In Time by SF9 

     

    Aller lire l'article des autres participants :

     

    Tsunn - L'amour - Février 2018 #31

    Eyael_ - Projet Eklabugs : L'amour en vrai

    Mimicat - Eklabugs #31 : L'amour...

    Ella! - { Eklabug } L'amour sous toutes ses formes

    #Yuki - Eklabugs - Février 2018 | Amour

     

    A la prochaine !

    G.

    « A la porteFan & Passion »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 28 Février à 18:49

    Quand je lisais ton texte, je me demandais justement si la personne qu'elle aimait n'était pas morte. Au final, si le désir de vivre était le "il", je n'étais pas loin. Mais, tout de même à une bonne distance pour ne pas avoir saisit que le texte parlait de suicide.

    Après, si cet homme est sa raison de vivre, elle devait être très dépendante affectivement, avant même de le rencontrer - ce qui est un début de dépression, d'une certaine manière.

    Ou alors, la relation n'était pas saine, ou elle n'a jamais aimé l'homme pour ce qu'il était, mais pour l'imaginaire qu'elle construisait autour de lui. De cette façon, elle idéalisait la relation, et lorsqu'elle ne pouvait plus nourrir son imaginaire, elle est tombée des nues. Et, être dans cet état, équivaut à souffrir.

    Comme elle dit qu'elle voulait sauver l'homme, mais si j'ignore de quoi, je pense que les trois options que j'ai cité se complète.
    D'après le livre des 5 blessures de Lise Bourbeau, le masque du dépendant vient d'une blessure d'abandon.

    Amoureusement parlant, je pense que cela doit être pareil.
    Elle dépend affectivement des autres. Et quoi de mieux que de savoir que l'on ne sera pas abandonné si l'autre dépend de nous ? Effectivement, si nous sentons que l'autre a besoin de nous, nous savons qu'il restera avec nous. Mais, de cette manière, nous ressentons aussi le besoin que l'autre existe et aie besoin de nous.

    "J avait cherché à être sa personne. Elle aurait voulu sauver l'homme qu'elle aimait. Elle aurait voulu qu'il la sauve en retour."

    Je pense que cette phrase illustre parfaitement ce que je voulais dire.

    (Ensuite, la seconde option, où elle idéalisait l'homme qu'elle aimait (souvent en lien avec une dépendance affective). Comme dit, elle n'aime pas l'homme pour qui il est, mais pour la projection d'elle, qu'elle voyait en cet homme.
    Elle se sait/se sent dépendante, elle veut aimer cet homme dépendant. La réalité est qu'il ne l'est pas. Elle aime un fantasme de l'homme, mais le fantasme est imaginaire, par définition.

    "Elle n'arrivait pas à comprendre comment il avait pu partir comme cela, sans même lui dire au revoir."

    J'avoue n'être pas sûre pour cette hypothèse, de l'idéalisation de l'homme - donc, elle est entre parenthèse. Mais, je laisse, cela peut toujours être sympa à lire. Même si elle n'idéalisait pas l'homme et/ou la relation, une chose est sûre, elle ne voyait pas l'homme dans son entièreté, ce qui a mené à l'incompréhension.)

    Enfin, comme elle dit que quelque chose était brisé chez l'homme, alors oui, la relation devait être malsaine. Même si, ce n'était pas forcément volontaire, il en est que si l'homme souffrait, cela a influencé la relation, la demoiselle et pour finir, l'homme lui-même.
    Si, on ajoute à cela que la fille était en train de plonger dans la dépression, cela alimente encore plus le côté "mauvais" de la relation.
    En somme, une sorte de cercle vicieux dont aucun des trois n'avaient conscience. Trois, car autant le couple, que chaque personne qui le compose ne l'on remarqué (couple + "il" + "elle" = 3).

    "Elle était encore une fois seule avec sa détresse."

    "Qu'il n'essayait pas de rompre, que ça allait plus loin que ça. Que quelque chose était cassée en lui, intérieurement."

    En somme, deux personnes en mal-être qui finissent par s'aimer, mais partagent leurs souffrances à travers le couple qu'ils forment. Malheureusement, leur relation ne permet pas de les aider, et aucun des deux ne parvient à sortir du cercle mis en place.

    Maintenant que le cercle est brisé, qu'en deviendra-t-il de la demoiselle ?

     

    J'ignore pourquoi, mais tes bouts d'histoire sont à chaque fois une source d'inspiration incroyable où j'arrive à dire plein de petites choses ! Mais peu importe, j'aime beaucoup tes bouts d'histoires !

      • Mercredi 28 Février à 23:06

        Je commence par le dernier paragraphe : Sérieusement ? C'est bizarre. A croire que je passe une tonne de temps dessus afin de pouvoir faire ressortir tout cela (ce qui n'est évidemment pas le cas). Par contre, il est vrai que j'ai un faible pour les héros torturés. Peut être que ça vient de la^^ (cf. Everything's gonna blow up & 1er Bout d'histoire Zoella)

        Comme je le disais, je n'ai pas dis clairement dans mon texte que je parlais de suicide, parce que de base, je ne voulais pas en parlais, mais j'arrêtais pas d'y revenir...

        Possible qu'elle l'idéalisait. Ou en tout cas, qu'elle idéalisé leur relation au point de ne pas voir les problèmes. Je ne pense pas qu'elle était dépendante au départ. Je pense qu'elle l'aimait sincèrement et que ça lui à fait un choc de le voir disparaître ainsi, qu'il ne soit plus à ses côtés. 

        Personnellement, je ne pense pas qu'elle était en dépression. En tout cas, avant sa mort.

        Lorsque j'ai dis ''Elle était encore une fois seule avec sa détresse'', je ne voulais pas dire qu'elle ressentait déjà une détresse avant qu'il meurt, mais bien après.

        Cependant, je n'aime pas donné mon avis sur mes Bouts d'histoire en disant que c'est la vérité pure. J'aime bien lorsque mes lecteurs on des hypothèses sur des choses qui ne sont pas écrite dans le texte. Ce que j'essaye de dire c'est que s'il n'y a rien dans l'article qui dément ce que tu dis, c'est surement vrai^^

        Juste sache, je n'ai pas écris ce texte dans l'optique où J avait un problème. Mais plutôt les problèmes du 'il' qui la frappait en pleine face sans qu'elle s'y attende, la faisant se poser des questions sur pas mal de chose...

        En fait, la 1er partie du texte, je l'avais déjà presque écris dans le 1er jet dont j'ai parlé. Pour la deuxième partie, j'ai essayé de me concentrer sur le ''On veut tous être sauvé''. En fait, pendant ce mois où je cherchais quoi écrire sur l'amour/rupture pour Eklabugs, ça m'a frappé. Et en vrai, ce sujet va plutôt bien avec le suicide --' Toutefois, je ne voulais pas que se soit dans un sens. Chacun cherche à être sauvé, ça veut dire que l'autre personne en face qui vient te sauver cherche aussi à être sauvé par toi.

         

        Bon, je sais que je n'ai pas répondu directement à ce que tu as écrit. Mais je pense que sur le côté psychologique, tu t'y connais mieux ! J'ai juste écris ce qui me venait en tête lorsque j'ai lu ton commentaire ! J'espère que ça t'aidera avec tes hypothèses ! ;)

      • Jeudi 1er Mars à 22:07

        Potentiellement ! Et puis, les héros torturés, c'est sympa !

        Bah, pour ce qui est de mes suppositions, si elle n'était pas dépendante avant la relation, elle l'est après la rupture. Si on reprend le titre, respirer c'est la vie, on dépend de l'air que l'on respire pour vivre. S'il n'y a plus d'air, on meurt. Donc, si son air c'est le mec, elle dépend du mec. Si elle ne l'était pas avant, peut-être que c'était à cause d'une relation malsaine (comme expliqué dans mon commentaire).

        Après, je dis ça, en fonction de ce que j'ai remarqué autour de moi (donc n'importe qui est capable de dire ça, avec des mots différents sûrement)

         

      • Dimanche 4 Mars à 19:05

        Oui :)

        Oui, elle l'est surement maintenant. Mais je ne vois pas pourquoi tu ne parles que de relation malsain. Elle ne pouvait pas tout simplement l'aimer et souffrir du fait qu'il soit mort ? Juste du fait qu'elle l'aimait et qu'elle ne peut plus le voir, lui parler... etc

         

      • Lundi 5 Mars à 08:43

        Bah, ça reste une supposition. Je veux dire, tout est possible dans la vie. On peut influencer les autres sans s'en rendre compte.

      • Vendredi 9 Mars à 10:17

        C'est sur, c'est sur...

    2
    Dimanche 4 Mars à 00:25

    On comprenait parfaitement que la personne qu'elle aime c'était suicidée. Enfin moi j'ai compris dès que tu as dit "qu'il n'avait pas vraiment besoin d'espace".

    En tout cas ton texte m'a émue. J'ai même versé quelques larmes. Il y a beaucoup plus de personnes qui vivent ça qu'on pourrait le croire (malheureusement j'en connais du coup...)

    J'ai toujours eu du mal à comprendre la notion de suicide. Enfin quitter le monde parce qu'on en peut plus,... Ca peut se comprendre au font mais je me suis toujours dit que les personnes qui faisaient ça oubliaient qu'ils avaient une famille, des amies,...des personnes qui les aimaient et qui souffriraient de leur mort et de ne pas avoir pu les aider.

      • Dimanche 4 Mars à 02:05

        Dans certaines conditions, ce sont les amis, la familles et ces personnes qui les aimaient l'élément déclencheur de leur suicide. Des gens qui ne comprennent pas qu'une souffrance mentale est tout autant à soigner qu'une blessure physique, qu'ils ont tout autant besoin d'aide.

        Certaines personnes allant jusqu'au suicide ont parfois une once d'espoir, ils se donnent une condition "s'il se passe cela, je ne ferai rien", un appel, un message, le sourire d'un anonyme. Ils n'oublient pas, ils espèrent.

        Et, tu en as qui en parlent, disent qu'ils veulent se suicider, mais pas pris au sérieux, comme s'il n'avait aucune importance. À quoi bon rester dans ce monde si personne ne daigne nous aider  ? 

        Sans oublier ceux qui souffriront toute leur vie, car justement, ils pensent trop à leur famille et leurs amis. Bien entendu, je ne dis pas qu'ils devraient passer à l'acte, mais qu'ils ne seront jamais pris en charge comme il se doit.

        Bref. Je ne sais pas si on peut réellement parler d'oublier leurs proches ou non. Cela reste un sujet vachement délicat, chacun le vie à sa façon. S'il existe autant de type de dépression que de dépressif, alors il existe autant d'expérience suicidaire que de suicidaires, suicidants, suicidés.

        (J'aime bien commenter, même si ce n'est pas forcément à moi de le faire, désolé ^^)

      • Dimanche 4 Mars à 19:32

        @Mimicat

        Ah oui ? Pourtant je pensais vraiment qu'on ne le comprenait pas... 

        Oh, t'as vraiment pleuré ?

        Oui, justement, j'ai vu un mini série où une jeune fille voulait se suicider, et le garçon pour l'arrêter lui disait qu'il devait penser à sa famille, à ses amis, à lui, qui ne voulait pas la voir morte...

        @Tsunn

        Oui, j'avais déjà remarqué que tu aimais commenter un peu partout^^

         

    3
    Dimanche 4 Mars à 12:49

    C'est un sujet vraiment très difficile effectivement. On a tous des perceptions des choses très différentes. Toutes tes descriptions me semble bonne d'ailleurs. Je disais ça pasque j'y ai beaucoup réfléchis à un période. J'ai passé quelques années à subir du harcèlement scolaire, à me sentir abandonnée et à chaque fois c'est de penser à la douleur de mes proches si je faisais ça qui m'en a dissuadé. Ca et le fait que je me sois dit que ce serait de la lâcheté de faire une chose pareil: je partais du principe que si je faisais ça ils auraient gagné. Du coup je suis sûrement pas très objective sur le sujet puisque je m'en suis fait une idée dans des conditions un peu particulières.

      • Dimanche 4 Mars à 19:41

        Oui j'ai vraiment pleuré (je suis sûrement un peu trop émotive j'avoue).

        Franchement pour moi si on ne comprenait pas qu'il c'était suicidé on avait un doute.

      • Vendredi 9 Mars à 10:17

        Oh, mais fallait pas !

        Ah ouais ? Je crois que ça dépend des gens en fait, regarde Tsunn, elle n'avait pas compris...

    4
    Jeudi 8 Mars à 02:09

    Salut salut, aujourd'hui pas de long pavé mais voilà je suis pas mort et ça me fait plaisir de voir que tu écris toujours. Je ne sais pas si je t'ai manqué... (pas du tout je pense XD).

    Tu es toujours aussi romantique et j'aime ça dans tes histoires peu importe le thème que tu abordes. J'ai vite compris que ça parlait de suicide.  Comme d'habitude, super bout d'histoire. 

      • Vendredi 9 Mars à 10:20

        Oooh ! Bernard ! Tu sais que ça me fait vraiment plaisir que tu passes par là ? Sérieusement, tu m'avais manqué, tes commentaires m'avaient manqués !

        En vrai, j'ai faillit répondre sur le commentaire que t'as mis sur le blog de Rob, mais je l'ai pas fait. Contente de pouvoir te parler ici :)

        T'avais compris que ça parlait de suicide ? Intéressant !

        Je viens de me rendre compte à l'instant que ce texte pourrait être un super texte psychologique... On peut déduire des choses sur celui qui comprend qu'on parle de suicide et sur celui qui ne comprend pas. Mais je ne sais pas quel genre de choses^^

        Je suis toujours aussi romantique ? Sérieux, je crois que c'est un problème dans ma vie^^

      • Vendredi 9 Mars à 22:49

        Qu'est-ce qui t'a empêché de me répondre sur le blog de Rob ?

        Moi je trouve que ça saute aux yeux que ça parle de suicide parce que l'homme dont il est question apparemment avait des problèmes qu'il cachait. Très souvent, les gens qui se suicident vraiment sont ceux qui cachent leurs problèmes. Et on ne s'y attend jamais.


        Et moi je trouve que c'est pas un problème, j'aime bien les histoires à l'eau de rose et j'aime bien ton romantisme en général. On parle trop souvent de conflits et pas assez d'amour selon moi.

      • Lundi 12 Mars à 21:42

        Un Bernard sauvage apparaît! Je voulais juste signaler que moi aussi je suis content de te voir 8D

        Hypothèse: est-ce que les gens qui comprennent que ça parle de suicide sont plus empathique que les autres? Sachant que je l'avais vu venir aussi ;3

        Vive l'amour! *fait la fête à Bernard, littéralement, avec des confettis et tout*

      • Lundi 12 Mars à 21:59

        @Ber Ba, je suis pas comme Chik-Chik, tu vois. Je me suis dis que peut être, ça se faisait pas de commenter juste pour dire 'Oooh, Ber, tu nous avais manqué !'

        Je pensais sérieusement qu'on comprendrait qu'il était parti, pas qu'il s'était suicidé, tu vois ?

        Ouais, mais je suis trop dans le monde des bisounours selon moi...

        @Chik (Nouveau surnom, juste Chik, ça sonne bien ;))

        Tu vois, je me posais exactement la même question ! En vrai, vous être 3/4 à avoir compris qu'on parlait de suicide... Je sais pas trop quoi en conclure. Faudrait demander à quelqu'un super heureux de venir lire ce texte, juste pour le test.

      • Lundi 12 Mars à 22:03

        Tu penses que tout le monde ici a tendance à faire des scénarios catastrophe, Gae?
        Il faudrait analyser les gens. En fait, au départ je me suis dit qu'il était parti, mais avec l'avancée du texte, je me suis dit que c'était pire que ça, et que le mec était probablement mort. C'est à la fin du texte que j'ai compris que ça parlait de suicide. Pour moi c'était absolument pas obvie, mais au final ça s'emboîte bien.

        Est-ce qu'on démarre une étude scientifique ou pas? Examinons des hyptohèses! *fait un tableau*

      • Lundi 12 Mars à 22:15

        Hum, je vois ta façon de penser. Donc quand même, c'était pas évident, mais y avait une possibilité en fait. Et vu que je l'ai confirmée. Donc en vrai, peut être que si j'avais rien dis, tu serais resté sur le doute ?!

         

        Oh ouiii ! Une étude scientifique ! Je suis vraiment excitée là ! :D

      • Lundi 12 Mars à 22:22

        Non, j'avais pas de doute à la fin. C'est venu graduellement, mais je savais que t'allais expliquer à la fin et s'il se suicidait pas t'aurais retourné mon cerveau! C'était plus qu'une possibilité, c'était vraiment trop gros pour que ce soit pas ça.

        Voici les différentes hypothèses proposées jusqu'à lors:
        -Les gens les plus empathiques ont perçu le suicide
        -Les gens les plus malheureux ont deviné le suicide
        -Les gens les plus heureux ne comprendront pas que ça parle de suicide
        -Les gens les plus inquiets (ayant tendance à créer des scénarios catastrophes) ont deviné le suicide
        -Autres suggestions?

        Maintenant... sondage de la populace ._.

      • Mardi 13 Mars à 00:02

        Heyy Chiki ça fait longtemps !

        (Vous ne trouvez pas que ma photo de profil ne correspond pas au thème de ce blog ?) Moi  je sais pas si le fait qu'on comprenne que ça parle de suicide en dise quelque chose sur nous mais en tout cas moi c'était ma première hypothèse et le fil de l'histoire n'a fait que me le confirmer.

        Chiki, est-ce que ça fait de moi un profil malheureux ou inquiet ? Je pense que ça doit être autre chose.

        Et Gae, moi je vois pas pourquoi ça se ferait pas de répondre à un commentaire pour dire à quelqu'un qu'il nous manque, surtout sur un blog. *boude

      • Mardi 13 Mars à 12:59

        N'est-il point jeune Bernard? (tu sais que si un jour je te croise IRL peu importe ton vrai prénom tu seras toujours Bernard ^^)

        (Ah, peut-être...) On peut aussi envisager le fait que les gens qui pensent au suicide pensent plus facilement au pire... est-ce que ça peut être assimilé à du pessimisme?

        Tu me sembles pas malheureux ni inquiet ._.

        ... Bernard, arrête de bouder, sinon je te déverse 87 tonnes d'affection dessus ._.

         

      • Mardi 13 Mars à 13:42
        Avant toute chose, vous savez pas comment ça m'avait manqué ces discussions avec vous tous ! ;) Vous savez, ça doit faire 3 ou 4 ans qu'on s'est rencontré sur Ekla et on est toujours trop contents de se reparler… Je suis super nostalgique ok ?

        Les hypothèses sont bonnes, je rajouterai les pessimistes sans problème ! (Du coup de l'autre coté faut mettre les optimistes nan ?) On va les trouver où les gens pour tous ces tests ? O.O

        (Ber, qu'est ce que tu entends pas le fait que ton image de profil ne correspond pas au thème ?)

        Chiki, si je te rencontre en IRL tu seras toujours Chik-Chik aussi, c'est pareil xD

        Ber, je pensais pas que ça te toucherai autant !! Promis, la prochaine fois j'hésite pas à m'incruster !! Pour me faire pardonner on va faire un câlin collectif !!
      • Mercredi 14 Mars à 11:53

        Ouais... moi aussi ._. d'ailleurs j'ai été relire quelques uns des trucs qu'on a fait ensemble et je me suis dit que vous étiez la seule "bande de potes" avec laquelle j'ai été aussi bien dans ma vie *going emotional* on devrait trop faire un truc tous ensemble...

        Oui, pour vérifier du coup faudrait mettre les optimistes ._. euh... bonne question... tu crois qu'on peut les recruter sur internet?
        Eh honnêtement j'arriverai jamais à t'appeler autrement que Gae xD (j'aurais du choisir un pseudo qui se diminue mois ridiculement ._.)

        Ce qui nous amène évidemment à la question: qui, IRL, est une usine à câlins?

      • Mercredi 14 Mars à 15:31
        Quel genre de truc qu'on à fait ensemble ?
        Oh ouii !! Venait on fait un truc ensemble !! Avec Rob aussi ! :)

        C'est sur qu'on peut recruter sur internet. Le truc, c'est qu'il faut trouver la bonne plateforme pour demander afin d'avoir assez de monde.

        Mais moi ça me va ! J'aime trop mon pseudo ! ;)) (Mais c'est mignon Chik-Chik;))

        Clairement pas moi. Ber ? En vrai, je suis sûre que c'est toi Chiki^^
      • Mercredi 14 Mars à 15:53

        OH je sais pas, JaV par exemple :') ou plein de conversations dans les commentaires de nos blogs ça marche aussi ._.
        Ouiiiiiiiiiii 8D mais on fait quoi? Un Discord? /PAN/

        Je refuse de rétribuer les gens ._. on pourrait poster un sondage? Non, j'en sais rien...

        Ouais mais Gae c'est stylé comme nom °^°

        Oui, je suis une usine à câlins, mais je ne suis pas le seul ._. Ber? Es-tu câlin? *j'attends la réponse de Ber maintenant*

      • Mercredi 14 Mars à 17:38
        Ah ok, parce qu'à part JaV, je voyais pas^^
        C'est quoi un Discord ?

        J'ai peut être utilisé le mauvais termes, mais je ne pensais pas du tout leur donner de l'argent…
        Why not, mais encore une fois, la question, c'est où ? Parce que sur Ekla, y a pas grand monde en vrai…

        Ooh, merci. Moi aussi je trouve que c'est stylé ;) (J'aime tellement ce pseudo, je l'utilise partout !)

        On attend tous la réponse de Ber, en fait.
      • Mercredi 14 Mars à 20:27

        On a bien floodé aussi :')
        Discord est une appli/un logiciel qui te permet de parler avec plein de personnes, en écrit ou en vocal. Voilà :3

        Ouais, moi non plus x) mais quand tu proposes une rétribution ça attire des foules alors... Dans la rue? ...

        *écrit une pièce de théâtre nommée En attendant Bernard*

      • Jeudi 15 Mars à 07:30

        (Bernard se trouve actuellement dans un état léthargique de végétation se rapprochant de la mort.) Moi aussi ça me rappelle le bon vieux temps, j'arrive pas à croire que le temps est passé si vite.

        Non pas du tout, je suis le contraire de câlin. Et je suis pas très IRL non plus. Ça veut pas dire que je suis genre ultra asocial mais je suis... timide (IRL) ? Enfin bref, si avez le malheur la chance de me rencontrer IRL, hors de ma chambre (parce que ça n'arrive pas souvent) ben je serai très sûrement gêné et je vais pas trop savoir quoi dire. ^^' (il faut m'apprivoiser comme un animal)

        Et Discord c'est la vie Gae :D 

      • Vendredi 16 Mars à 12:31

        (*branche un respirateur articifiel et une intraveineuse, prêt à les utiliser*) ._. twystaice...

        J'ai des tendances agoraphobes ._. du coup moi IRL, les endroits où y'a beaucoup de monde, c'est pas mon truc... ;_; et je suis super timide aussi. Mais j'adore les gens. *implose*
        Je suis nul en apprivoisage d'autrui ._. on a droit à combien de tentatives pour t'apprivoiser Bernard?

      • Vendredi 16 Mars à 17:56

        Je sais pas mais je dirais beaucoup. Il suffit juste de ne pas m'effrayer.

        Conseil : J'aime la nourriture.

      • Samedi 17 Mars à 12:02

        J'ai du chocolat ._. *essaie de paraître plus petit*

      • Samedi 17 Mars à 18:21
        Ok, pourquoi tout le monde connait Discord à part moi ? Et pourquoi c'est si bien ?

        Moi aussi je suis très timide en IRL, voir trop. Genre j'ai du mal à me faire des amis… Donc on est tous un peu pareil sur ce coup là ;)

        Moi aussi, j'aime le chocolat…
      • Samedi 17 Mars à 19:50

        Parce que c'est trop bien ^^ et c'est trop bien parce que tu peux avoir un serveur vocal illimité avec tous les gens que tu veux, et encore plus mais j'y connais rien alors on va attendre que Ber te réponde x')

        Ouais en fait on est vraiment tous trop timides ._. faisons une rencontre IRL

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :